11 janvier 2015

Que faire de ces Charlie?

"En opposant la haine à la haine, on ne fait que la répandre, en surface comme en profondeur." – Gandhi

Faut-il encore écrire quelque chose sur le sujet « Charlie Hebdo » alors que tant de choses ont déjà été écrites et souvent avec tellement de talent et d’émotions ?
Je pense que oui en ce qui me concerne, car lorsque l’on s’occupe d’un blog - comme c'est mon cas depuis plus de 10 ans - c’est que l’écriture est un exutoire, une évacuation de la frustration de ne pas avoir travaillé dans le journalisme mais d'en aimer les valeurs. Lorsque l’émotion est présente, il est parfois utile de coucher sur papier (ici, sur les réseaux) les idées qui nous rongent.
Je n'arrive néanmoins plus à tourner mes phrases pour dire quelque chose d'intéressant, d'intelligent voire d'utile depuis ces événements... Alors, pour marquer néanmoins le coup, je vais poser ici les quelques points que j'arrive à mettre en avant sans trop les développer. Je le ferai peut-être plus tard.
  • Je n'aimais pas toujours l'extrémisme (de gauche) de Charlie Hebdo mais j'étais par contre un grand fan de leur vision athée. Cela démontre que la pensée est multiple: on peut aimer une partie d'un tout sans aimer le tout, ce que trop de partis politiques ne comprennent pas toujours...
  • Je trouve bizarre que derrière la même bannière #JesuisCharlie puissent se trouver aussi bien des gens qui ont des idées nationalistes (françaises), voire racistes que des gens qui sont pour l'ouverture à tous. On y trouve des laïcs, des musulmans, des juifs, des chrétiens pourtant parfois animés de valeurs si différentes....
  • Je suis surpris que dans une espèce de déni de réalité, les médias parlent très peu de ceux qui ne se sentent pas "Charlie". Ceci permettrait d'en évaluer la force et l'impact. #Connaîtrenosennemis
  • Je suis déçu que certains politiques responsables d'attaques contre la liberté de la presse (Israël, Arabie, Turquie, etc.) soient invités à participer à une marche pour la liberté d'expression.
  • Je pense que ce n'est pas tellement l'assassinat des journalistes de Charlie Hebdo qui a touché tellement de monde (car certains n'en avaient sans doute jamais entendu parler) mais c'est bien le fait que le terrorisme s'attaque à des civils - représentant la liberté d'expression et qui avaient pour tâche principale d'essayer de faire réfléchir les gens via l'humour - dans une grande ville occidentale, comme cela avait été le cas le 11 septembre 2001.
  • J'espère que pour contrer la radicalisation, nos responsables politiques vont penser à écouter le bon sens des intellectuels et philosophes plutôt que les sempiternels accords chevrechouttistes. On entend déjà la ministre Milquet parler de plan de lutte contre la radicalisation quand les intellectuels confirment qu'arrêter de séparer les élèves de différentes croyances dans des cours de religion pour les regrouper dans des cours d'histoire des religions serait bien plus fédérateur. 
  • Le pouvoir que représente la presse, qui est souvent le seul à dénoncer aussi bien les abus de pouvoir que les abus de biens publics ou les autres dysfonctionnements inacceptables, doit survivre et être plus fort que jamais. A la limite, il est plus utile que beaucoup d'élus qui ne concrétisent pas souvent leurs promesses.
  • Je pense qu'un débat sur la sécurité doit se mettre en place. J'ai entendu parler d'un guantanamo européen, d'un patriot act du même genre. Je ne sais pas, je suis de ceux qui pensent que céder un peu de secret de ses actions pour une plus grande sécurité est envisageable mais sous contrôle très strict.
  • J'ai connu (et participé à la) la marche blanche en Belgique. Très impressionnante, très digne mais après, avec peu de résultats concrets (selon mon avis). J'espère que cette fois, ce sera différent.
Voici quelques idées en vrac. Pour l'instant, je ne suis pas capable de mieux. J'espère que quand l'émotion sera retombée et que je serai de nouveau en mode "observateur", je pourrai lancer des débats plus cohérents.

Aucun commentaire: