26 janvier 2015

Foot, religion: séparations - tout est dans tout!

Ce dimanche, une image de tifo avec une décapitation de joueur a fait le "buzz" et le tour du monde. En ces temps où l’État Islamique décapite à tout va, ce choix d'image était irresponsable.
Avant, j'aurais ri de ce que je pensais être du second degré des supporters de foot.
Ça ne me fait plus rire car je crains qu'il n'y ait pas que du bon-enfant dans tout ceci: il y a de la vrai et puante haine pour au moins une petite minorité.

Le matin, j'entendais dans le débat télévisé sur les cours de religion que pour les plus "faibles d'esprit", la séparation en groupes confessionnellement homogènes pouvait être la base d'une animosité future si en dehors de l'école l'encadrement est intolérant.
L'après-midi, on présente une affiche qui, pour certains "faibles d'esprit" dont le football est une sorte de religion, pourrait renforcer cette haine de l'autre.
Il y a 30 ans, les choses de même type avaient un impact moins violent:


#VivreEnsemble

On parle de promouvoir le "vivre ensemble" mais on n'arrête pas de mettre en place dans notre société des silotages qui séparent les gens:
- tu dois être rouche, zèbre, blauw en zwart ou mauve mais l'un exclut l'autre,
- tu dois voter à gauche, à droite ou à l'extrême mais il semble impensable que tu puisses panacher tes idées,
- tu dois être chrétien, musulman, juif ou laïc et on te met dans des classes différentes en formant des groupes scolaires sur cette base,
- tu dois être catalogué sans revenu, à revenu modeste, de la classe moyenne ou riche sans pouvoir expliquer les causes de ta situation financière,
- tu dois être ouvrier, employé, cadre ou cadre supérieur afin de définir la taille de ton bureau ou de ta voiture de société sans tenir compte de l'apport concret que tu as envers ton employeur,
- etc, etc, etc...
Et je ne parle pas de la différence faite par certains entre les "races", orientations sexuelles ou simplement genres. 

L'être humain passe sa vie à cataloguer ses semblables pour pouvoir adapter son comportement à des types "communs".  Dans certains cas, c'est sans doute justifiable pour des raisons pragmatiques mais pour d'autres, c'est simplement compliquer le "vivre ensemble".
En effet, on voit dans l'actualité qu'avec une bonne propagande, on peut transformer une frange complète de la population en bourreaux sans pitié envers "les autres". Ce fait n'est pas nouveau, à chaque guerre, c'est le même principe.

Je pense qu'il est donc plus que temps d'essayer d'éliminer certaines séparations qui ne sont pas "justifiables" et ne plus accepter le manque de respect là où on peut légiférer:
- dans les écoles, il faut la mixité confessionnelle comme on a eu la mixité homme/femme et où on essaye la mixité sociale (qui serait plus facile à appliquer en instaurant le respect en classe mais c'est un autre débat);
- dans les stades de foot, il faut éradiquer sans faiblesse toute insulte lorsqu'elle n'est pas explicitement de l'humour: les "enculés, fils de pute" à chaque dégagement de gardien adverse sont des insultes, pas de l'humour; les jets d'objets "solides" doivent être punis;
- les politiciens doivent montrer l'exemple et pouvoir être punis d'exclusion temporaire des lieux de débats démocratiques s'ils y dérapent: on éviterait certains spectacles dignes d'anciens pays du bloc de l'est;
- etc...
Maintenant, ça n'arrivera sans doute jamais car tout le monde connait le principe du "diviser pour mieux régner" et du "panem et circenses" mais au moins, qu'on essaye de limiter les dégâts au maximum..

Aucun commentaire: