16 juillet 2014

Le politicien, cet être humain imparfait comme les autres....

Constat:
Actuellement, il n'y a aucun filtre de valeurs (ou de capacités intellectuelles ou de management) à la possibilité de se présenter à une élection démocratique.
Actuellement, il n'y a aucune mesure objective des résultats du travail effectué par un élu avant la désignation des places éligibles pour les candidats par les pontes des partis.
Actuellement, il n'y a que la notoriété et la sympathie du public, voire l'allégeance au parti qui permettent d'obtenir la reconnaissance des décideurs des partis.

En clair, les élus - et c'est le jeu de la démocratie moderne - sont souvent d'une affligeante "norme" en ce qui concerne leurs valeurs, compétences, capacités de gestion, etc.

Tout être humain "moyen" dans notre société matérialiste et insécurisante a souvent deux buts principaux dans la vie au bas de la pyramide de Maslow: se ménager un "bien vivre" et ménager un "bien vivre" pour ses proches et sa descendance.  Il y a quelques rares cas d'altruistes qui visent le bien-être commun avant le leur mais comme je le rappelais ci-dessus, ce ne sont pas des valeurs qui entrent en ligne de compte en démocratie, à de rares exceptions.

Et donc:
Tous ces points étant rappelés, peut-on vraiment en vouloir à un élu de convoiter le poste le plus rémunérateur, de cumuler les postes tant que c'est possible pour avoir le plus de pouvoir et d'influence, de placer ses amis ou sa famille là où son influence permet un certain favoritisme ou encore de ne pas accepter de changements qui lui feraient perdre de l'argent, du pouvoir ou de l'influence? Non, c'est humain.

Peut-on vraiment en vouloir à un candidat d'annoncer des idées pour être élu tout en sachant au fond de lui-même qu'après les élections, la situation réelle ne lui permettra pas d'agir dans ce sens? Qui n'a jamais promis à ses parents de ne plus se disputer avec X ou Y ou à son diététicien de ne plus céder devant une tablette de chocolat tout en sachant que ce serait une promesse d'ivrogne? Un élu normal peut même de bonne foi vouloir changer les choses avant d'être confronté par après à ses faiblesses d'être humain.

Peut-on réellement en vouloir à un élu de prendre les décisions qui atteindront une majorité de personnes dont il ne fait pas partie alors que lui reste bien à l'abri vu sa position privilégiée?  Franchement, à part d'hypothétiques martyrs qui ont reçu une éducation spécifique qui les pousse à surpasser leur intérêt personnel, quel être humain "normal" envisage cela?

Bref, tant qu'il sera impossible de pouvoir reconnaître les oiseaux rares prêts à agir dans une optique d'amélioration de la société sans penser à leurs avantages personnels et les mettre en avant pour les élections - ce qui serait sans doute d'ailleurs considéré comme non démocratique et non représentatif de la société - il ne faudra pas espérer de la classe politique qu'elle fasse mieux que ce qu'un être humain classique ne ferait à son niveau.

C'est peut-être triste et peu porteur d'avenir mais c'est une vision de la réalité que peu de faits de ces dernières décennies me permettent de contrer....
Le seul reproche qu'on peut leur faire, c'est qu'ils essaient de faire croire qu'ils sont mieux que les autres alors que quand ils ne sont pas pires, ils sont juste "les mêmes" :)

Aucun commentaire: