13 juin 2014

Brésil 2014: la pire manière pour commencer!

Nous, petits belges amateurs de futchebol, cette coupe du monde, on l'attendait depuis des lustres (bon d'accord, depuis 2002) et le surmarketing autour des diables rouges n'a pas aidé à pouvoir penser à autre chose.

Hier, la première journée nous a rappelé toutes les limites de la FIFA et de son organisation défaillante.

D'abord, des manifs réprimées avec violence (mais ça, on s'y attendait).

Ensuite, un stade qui fait bricolage.
Franchement, quand on compare le stade pour la cérémonie d'ouverture d'il y a 4 ans à celui d'hier, il n'y a pas photo (ou plutôt si, regardez à côté)...


Puis, une cérémonie d'ouverture bien légère (disons économe, ce qui est plutôt bien) mais surtout, dans un stade quasi vide avec une "apothéose" complètement ratée car le son de l'hymne officiel était inaudible.
On en arriverait à regretter les magouilles des russes pour donner l'impression que ça marche quand ce n'est pas le cas, comme avec les anneaux olympiques.

Enfin, un match indigne d'une coupe du monde, ou plutôt trop digne d'une coupe du monde.
En effet, dans la grande ligne droite de l'élimination de l'Italie par la Corée du Sud en 2002, on sent que l'équipe du pays organisateur doit absolument aller loin dans cette coupe du monde (carte rouge oubliée, pénalty imaginaire, but annulé, etc.), ce qui peut se justifier socialement (ou pas...).

On peut aussi se rappeler toutes les erreurs qui ont souvent avantagé certaines "grosses" équipes (Argentine de Maradona et la main de Dieu, Allemagne contre la Belgique et le pénalty de Weber, Brésil contre la Belgique et le but annulé de Wilmots, But annulé de l'Angleterre contre l'Allemagne, etc.).  Tant de cas où un arbitrage vidéo, technologie éprouvée dans le rugby et le hockey aurait rendu confiance dans la "justice" ou simplement l'égalité de traitement dans un sport qui en a bien besoin.

Alors que les deux prochaines coupes du monde vont se dérouler dans des pays reconnus pour la main mise de l'argent sur le sport, si on veut sauver l'éthique, c'est la seule solution réaliste.

Cette coupe du monde a très mal commencé pour l'image du sport.  Un peu comme notre parlement wallon qui démontre que l'on peut s'assoir sur la transparence dès qu'on a pris le pouvoir, le refus de la FIFA de l'arbitrage vidéo est un signe qu'elle a sans doute quelque chose à cacher.

Espérons que la suite sera différente. Je tremble déjà pour nos diables s'ils vont en 1/8ème vu les expériences du passé...

Aucun commentaire: