30 mai 2014

Le cumul de mandats et ses excuses bateaux!

Au parlement wallon, on va mettre en place un décumul de mandats partiel lors de cette prochaine rentrée. C'est peut-être mieux que rien mais c'est largement insuffisant! Pire, j'entends dire que les nouveaux élus envisageraient déjà de le remettre en cause.
Je vous propose quelques réponses aux arguments bateaux entendus par les défenseurs du cumul.

Le cumul de mandats serait nécessaire pour permettre aux bourgmestres de défendre leurs projets communaux?
Ha bon, et quid des communes qui ne sont pas représentées au parlement? Avec une telle vision, il faudrait envoyer autant de parlementaires que de communes pour qu'il y ait une justice dans les décisions!
Un parlementaire doit défendre l'ensemble de sa circonscription électorale et pas uniquement sa commune. Si ce n'est pas le cas, il faut justement couper ce lien pour le bien de la démocratie et de l'égalité de traitement des citoyens devant la taille de leur commune!

Le cumul de mandats serait nécessaire pour garder un lien entre la réalité de terrain et le parlement?
Ridicule. Si un parlementaire n'a pas la capacité intellectuelle pour pouvoir discuter avec des représentants d'un autre niveau local pour prendre des décisions dans l'objectif du bien commun, qu'il arrête la politique...
Il n'y a aucune raison de faire tout soi-même alors qu'il y a plus dans plusieurs têtes que dans une seule.
Et s'il n'a pas le temps de rencontrer ces autres représentants pour discuter des dossiers qui les concernent, qu'il arrête de cumuler :)

Le cumul de mandats serait nécessaire pour pouvoir motiver les nouveaux citoyens à faire de la politique à l'aide de la carotte "argent".
On reconnait donc implicitement que la politique est un "métier" et que ce n'est plus une motivation visant à améliorer la situation de la société.
Pour moi, si tu es mandataire à temps plein, tu n'as pas le temps de cumuler. Si tu l'es à temps partiel, trouve-toi un vrai job si tu veux garder un contact avec la réalité!

Si vous avez d'autres arguments, je vous les démonte à la demande!

En conclusion, un système relativement simple, transparent et équilibré pourrait être mis en place:
  • au niveau horaire, il est tout à fait possible avec l'expérience de mesurer le temps nécessaire à prester par semaine pour un mandat selon sa taille (tous les gestionnaires de projets le font).  Ainsi, il suffirait de permettre un cumul entre mandats en sommant les heures ainsi profilées jusqu'à atteindre une cinquantaire d'heures par semaine maximum. Au delà, le travail sera de toute manière bâclé, quoi qu'en disent certains élus.
  • au niveau financier, il est tout à fait possible de mesurer un revenu maximum acceptable pour toute personne via un nombre de fois le salaire minimum vital. Quand on travaille pour le public, pourquoi gagner plus de X fois ce que l'on estime suffisant pour permettre à quelqu'un de (sur)vivre?  A partir du moment où ce plafond est atteint, on peut continuer à ajouter des mandats si l'on n'est pas hors de la règle horaire, mais c'est bénévolement. 
Bref, que l'on ne vienne pas me dire qu'il y a autre chose derrière ces cumuls que le besoin de conserver les privilèges des élus et cela, c'est inacceptable quand la société civile souffre à cause de la crise et de l'austérité.

Aucun commentaire: