08 mars 2014

Autopsie d'un futur vote (ou pas) en mai!

D'ici le mois de mai 2014, le citoyen que je suis veut réfléchir au choix de son vote.
En effet, trop de personnes votent "par habitude", "sans se poser de questions", "parce qu'ils ont serré la main de l'un ou l'autre dans un boudin compote" voire sur le bon vieux principe frileux "parce qu'avec les autres, ce serait pire".
Sans prétention, je veux croire que mon vote sera basé sur des raisonnements un poil plus réfléchis, même s'ils sont personnels et sont donc par principe non valides pour ceux qui ne partagent pas mes valeurs.

Pour démarrer, peu de responsables politiques ont vraiment démontré un "petit quelque chose de différent" convaincant ces dernières années.  Comme la campagne est une période "tempore suspecto", on pourra difficilement les y juger (c'est le temps des paroles qui ne vont jamais se transformer en actes sous couvert de futures "coalitions"). Je suis donc plus proche d'un choix par défaut que d'un choix par accord d'idées.
De plus, quand on veut être pondéré et factuel (donc non dogmatique), il est normalement impossible de choisir un seul parti. En effet, tout être humain normalement constitué ne peut être d'accord avec l'entièreté d'un programme politique qui brasse des idées dans tous les domaines. Il est donc question de choisir "au mieux" voire "au moins pire" selon sa sphère d'influence aux différents niveaux de pouvoir.


Pour l'instant, voici l'étendue de mes réflexions:

Pour tous les niveaux de pouvoir confondus:
  • Je ne voterai pas extrémistes, radicaux et "décomplexés" de tous bords parce qu'ils ne proposent aucune solution démocratique et surtout, que leurs idéaux et buts ultimes envisagent une espèce de totalitarisme qui mènera toujours à des abus de pouvoir: l'histoire nous l'a enseigné plus d'une fois. Ceci élimine - de mon point de vue personnel - l'extrême droite, l'extrême gauche et le PP ou les comiques qui en sont sortis.
Pour la région:
  • Je n'y voterai pas Ecolo pour deux raisons principales:
    • la communication désastreuse sur les "kw gratuits". Un parti qui laisse croire (à tort ou à raison) que, sans contrôle, on peut recevoir un "package" payé par les autres pour en faire ce que l'on veut, c'est laisser une impression d'un "permis de gaspiller". S'il avait été question de faire des éco-bonis (pondérés selon les revenus) à investir dans du matériel permettant de diminuer la consommation d'énergie (électrique), pourquoi pas mais pas cette solution alambiquée.
    • la dernière fois, j'avais soutenu écolo - malgré certains désaccords avec une partie du programme - pour ses idées sur la gouvernance et l'enseignement.  J'ai l'impression que dans ces domaines, ils n'ont eu qu'une influence pelliculaire alors qu'ils étaient au pouvoir... Je me dis qu'ils sont peut-être plus utiles comme parti d'opposition permettant d'activer des débats citoyens sans obligation de compromissions.
  • Je n'y voterai pas PS car son discours de campagne frôle souvent le populisme "lutte des classes" bien qu'étant - heureusement - toujours différent de ce que ses élus mettent en place une fois au pouvoir.  De plus, certains mandataires font - ou ont fait - un usage "borderline" du "pouvoir" qui leur est octroyé sans vraiment être "sanctionnés". Et je n'aborde pas non plus le cumul de mandats ou les baronnies. En deux mots, le grand écart permanent "idéal" vs "actes de terrain", non merci. Je reconnais néanmoins que certaines personnalités comme R. Demotte font un boulot remarquable.
  • Je ne voterai pas non plus MR, pour avoir vu de l'intérieur il y a quelques années un fonctionnement interne peu démocratique et n'étant pas convaincu que quelque chose y ait changé (Destexhe, GaelleGate, etc.). Les idées régionales de personnes telles que Pierre Hazette ou Daniel Ducarme n'ont jamais retrouvé d'écho en ce qui concerne les "nouveaux"... De plus, leur jeu d'opposition visant à taper sur l'Olivier sans nuances (en oubliant ce qu'ils faisaient avant où ce qu'ils font là ils sont au pouvoir) a rendu ce parti qui se dit "libre de pensée" trop "marketing" à mes yeux.
  • Je n'ai pas encore trop positionné le FDF au niveau de la région et j'hésite à savoir si ce vote serait un vote "utile" ou pas. Je dois encore investiguer. 
  • Je voterai sans doute cdH car ils sont "au centre" sur beaucoup de sujets et à ce niveau de pouvoir, leur côté "influençable par la religion", sur lequel je reviendrai plus loin, est moins dommageable. Bien évidemment, au niveau de l'enseignement, ce n'est pas avec eux qu'on remettra en cause le gaspillage des réseaux scolaires mais bon, c'est le choix qui me semble le moins éloigné de mes valeurs actuelles... De plus, j'ai confiance en Maxime Prévot, qui fait tout pour tenir ses promesses sur Namur (même s'il m'a viré de ses amis FB sans doute suite à mes trop nombreuses remarques ;) )  
Pour le fédéral (via Namur):
  • Je n'y voterai pas cdH. En effet, le débat "Euthanasie" a démontré que la religion et le lien philosophique avec le CD-V restait fort. Je ne peux pas soutenir un parti qui accepte de voir sa conduite dictée par des dogmes religieux. La liberté de penser ne peut pas être mise en boite parce qu'une instance "toute puissante" hypothétique pourrait avoir promulgué des "vérités divines". En ces moments où l’Europe entière sombre vers un conservatisme du passé pour ces domaines, ce ne serait pas un choix raisonnable.
  • J'hésite à voter Ecolo à ce niveau de pouvoir. Bien évidemment, leur passé "positif" en terme d'aide pour la réforme de l'état depuis l'extérieur ou encore leur positionnement apaisé avec les flamands plaideraient en leur faveur. L'écologie politique pourrait faire du bien au niveau du contrôle des finances ou des soins de santé. Mais d'un autre côté, il y a leur vision parfois peu réaliste de l'ouverture à la régularisation des sans-papiers ou leur positionnement par rapport au problème des symboles religieux qui me posent problème. 
  • Pour des raisons bien évidentes d'antagonisme entre les valeurs défendues par des ministres ou mandataires extrêmement nantis à forts revenus qui légifèrent en se protégeant de toute restriction financière bien qu'ils le prônent pour les autres, je ne pourrai jamais voter pour la génération actuelle de mandataires PS.
  • Si une personne comme Sabine Laruelle avait encore été sur les listes, j'aurais pu voter MR car aussi bien son bilan que sa personnalité et son passé de terrain m'avaient convaincu. Les remplaçants potentiels pour défendre les PME et travailleurs sont des personnes qui n'ont jamais "travaillé" hors de la politique. Pas convaincant du tout.
  • Voter blanc, petit parti ou faire un gros smiley sur le bulletin? Ce n'est pas une option que je rejette pour l'instant à ce niveau de pouvoir...
Pour l'europe:
  • Je voterai sans doute Ecolo car le travail de Philippe Lamberts au niveau des banques m'a convaincu et je pense que ce niveau de pouvoir est celui où la vision de l'écologie politique peut avoir le plus d'impact pour changer durablement les choses.
  • Les autres partis ont déjà démontré le peu d'intérêts qu'ils ont pour ce niveau de pouvoir. Combien de débats sur les sujets européens pendant les campagnes électorales? 
 Voici en quelques mots les détails de ma réflexion de citoyen à l'heure actuelle. La campagne électorale peut-elle encore m'influencer? Sans doute pas en ce qui concerne les programmes, peut-être en ce qui concerne certaines personnalités ou certains petits partis que je ne connais pas encore...

Et sinon, il restera donc la solution:


2 commentaires:

Benoit Rassart a dit…

Tu n'as pas mentionné Véga , dans quelle catégorie les situerais-tu ? Sais tu dans quel scrutins ils seront présent ?
Pour ma part il m'est toujours impossible de choisir un vote. Par contre il est vrai que je ne me suis,peut être pas assez intéressé aux différence entre partis selon les niveaux de pouvoir comme tu l'as fait ici.

L'acCOMpagnateur a dit…

Véga ses situe très à gauche, entre Écolo et le PTB. Un peu trop "extrémiste" pour moi, même si c'est plus démocratique que les "vrais" extrêmes. (Avis perso)