07 septembre 2013

L'électricité gratuite: un bizarre calcul?

Dans le journal d'hier de RTL-TVI, on apprenait que le gouvernement wallon s'était accordé sur le prix de l'électricité. Voir le reportage ici.
Un point dans ce reportage m'a frappé: une famille moyenne (2 parents - 2 enfants) aurait donc une consommation moyenne de 2500 kwh par an.
J'ai un problème avec ce calcul, étant dans la configuration familiale en question et consommant bien plus que ce qu'ils n'annoncent.
Pourtant chez nous, les lampes sont à basse consommation, voire à LED. J'éteins la connexion internet et les lampes extérieures la nuit, la télé est à LED, les appareils électroménagers sont majoritairement de classe A, les frigidaires sont dégivrés régulièrement, les ordinateurs sont "green", etc.
Pourtant, nous sommes bien au dessus. Est-ce le micro-ondes? Les taques électriques? Le four? L'aspirateur? Le chauffage d'appoint électrique en hiver? Etc, etc...
Je ne pense pas que nous ayons une consommation "hors norme"...

En cherchant un peu sur le web, je suis tombé sur une fiche de Bruxelles environnement qui nous donne un peu une idée des consommations annuelles moyennes des divers appareils: ici.

Si nous y prenons les principaux appareils utiles à une famille de 4, qu'obtenons-nous approximativement?
Frigo: 200kwh, TV (x2): 400 kwh, Ordinateur (x2): 200 kwh, Machine à laver et sechoir: 600 kwh, Eclairage (20 lampes): 400 kwh, Cuisinière et four / MO: 1000 kwh, Friteuse: 100 kwh, Lave-vaisselle: 250 kwh, Chauffage d'appoint: 200 kwh.
Soit un total de 3350 kwh, sans tenir compte d'un éventuel boiler électrique et d'un tas de trucs "moins utiles" mais souvent présents tels que chargeur de piles, de GSM, décodeur télévisé, lecteur DVD, téléphone fixe, aspirateur, ventilateur, machine à café, etc. Et j'en passe...  On est quand même loin des 2500 annoncés!

En conclusion, quand on veut faire dire n'importe quoi aux chiffres pour justifier une décision qui n'est pas juste, on peut le faire, mais c'est mentir...

Et en sus, on oublie d'aborder un postulat de départ que j'avais avancé lorsque l'on a abordé pour la première fois ce problème (lors de l'annonce de la "gratuité"): les bénéficiaires des largesses des responsables politiques seront sans doute en partie ceux qui, bien que sous la limite de gratuité, y gaspillent de manière importante grâce au joker (dont ils se passeraient sans doute) "défavorisés" car sans doute considérés comme "moins conscientisables" aux problèmes énergétiques.  D'autres entreront dans les critères qui donneront des avantages mais ces critères ne sont malheureusement pas des critères de comportement responsable ou d'engagement pour la collectivité.

Loin de moi l'idée de stigmatiser l'une ou l'autre population par le biais de ce texte. Je sais, encore mieux maintenant ayant connu cette situation, que les accidents arrivent et que se retrouver dans les problèmes financiers, c'est parfois le cas même en faisant preuve de bonne volonté.

Par contre, que certains responsables politiques ne veuillent jamais prendre de décisions qui auraient le mérite de récompenser ceux qui font des efforts et s'évertuent à évoluer dans le bon sens - pour des raisons purement électoralistes car ils sont moins nombreux - me court de plus en plus sur le haricot...

Pauvre démocratie, bis...

Aucun commentaire: