05 juillet 2013

Comme une overdose de royauté...

Juillet, souvent temps de vacances et temps pour les informations au ralenti.
Ce mois de juillet 2013 sera pourtant un peu hors norme, comme l'est la météo de cette année en "13" qui ne porte pas chance aux amoureux de soleil.

  • Est-ce à cause d'un évènement mondialement perturbant comme la nouvelle révolte populaire en Egypte, qui mélange à la foi les problèmes de l'islamisme religieux au pouvoir, des droits des femmes bafoués à travers viols et attouchements lors des manifestations, de la prise du pouvoir par des forces militaires ou d'une possible guerre civile en préparation entre deux peuples? Non.
  • Est-ce à cause des péripéties dans la politique française qui semblent démontrer que le pouvoir corrompt à tous niveaux et toutes époques, ce qui est perturbant dans notre société en crise où l'argent n'a jamais été aussi important comme valeur refuge? Non.
  • Est-ce à cause de l'imminente disparition d'une personnalité qui a changé la face du monde grâce à sa lutte contre l’apartheid via une méthode respectueuse et intelligente? Non. 
  • Est-ce à cause du suivi du nouveau pouvoir en Iran qui pourrait avoir un impact sur l'ensemble des relations internationales ou sur l'après manifestations contre le gaspillage de l'argent dans le football quand le peuple meurt de faim durant la "coupe des confédérations" au Brésil ? Non.
  • Est-ce à cause du sport belge, où le hockey, le football voire le tennis nous font de nouveau rêver? Non.
Mais on s'en rapproche avec le sport de la dernière proposition, ce "panum et circenses" du peuple (dont je fais souvent partie). En effet, le véritable événement pour tous les médias francophones est l'abdication du roi Albert 2 en faveur de son fils légitime Philippe.
En tout cas, c'est ainsi que les médias nous le vendent en nous en fournissant à toutes les sauces et à toutes les heures.

En vacances, trouve-t-on encore des journalistes et des élus pour débattre de l'immobilisme du monde devant le conflit syrien, de la reprise de la marche vers les énergies non renouvelables pour cause de crise, de l'augmentation de la dette malgré une austérité qui ne touche souvent que les simples citoyens, de la nouvelle réforme de l'état qui ne va pas vraiment résoudre nos problèmes de complexité institutionnelle, etc, etc? Non.

Par contre, on en a trouvé des tas pour disserter pendant des heures sur l'importance de l'abdication d'un roi dont l'histoire retiendra en positif d'avoir aidé à résoudre une crise de gouvernement de plus de 500 jours et en négatif d'avoir refusé de reconnaître sa fille illégitime durant son mandat ou d'avoir été parmi les têtes couronnées montrées du doigt pour "utilisation indécente" des deniers publics via des achats et autres vacances "bling-bling" en période de crise.
On en trouve également des tas pour présenter le futur roi, ses côtés positifs et négatifs supposés et débattre sur l'intérêt ou pas de lui enlever tout pouvoir et d'en faire un représentant protocolaire.

Soyons de bon ton, le peuple est sans doute demandeur et il n'est donc pas anormal que les médias en parlent mais franchement, l'abus nuit en tout. Il reste 3 semaines avant le passage de flambeau et on a l'impression que tout a déjà été dit trois fois sur ces 2 derniers jours!

J'espère que nos médias passeront à autre chose d'ici le 21 juillet parce que soyons francs, avec les reportages sur les 20 ans de règne, le suivi des missions économiques et maintenant ceci, je frise l'overdose et franchement, je ne pense pas être le seul...

Aucun commentaire: