21 juillet 2013

Roger Waters - The Wall: plein dedans, vide pour le retour!

Hier, je me suis rendu pour la première fois à Werchter pour le concert de Roger Waters - The Wall.
Le "concert" - disons plutôt spectacle - en lui-même était à la hauteur de la réputation de l'artiste et du groupe auquel il a participé par le passé.
Décors, son, spectacle, ambiance, tout y était. Même si je dois reconnaître que je n'avais plus réécouté l'album depuis longtemps et que je ne me souvenais plus de toutes les chansons et musiques, les frissons étaient au rendez-vous.
Mais ce n'est pas mon but de parler du spectacle, les critiques musicaux feront cela bien mieux que moi. On va juste dire que j'ai aimé!

Par contre, autour du spectacle, force m'est de constater que pour une organisation qui se targue d'être une des meilleures en Belgique via l'organisation du festival rock du même nom.

Je passerai rapidement les 25 minutes de pause au milieu du spectacle pour lesquelles ils n'ont sans doute rien à dire mais qui, pour des quarantenaires qui sont déjà debout depuis plusieurs heures est un peu pénible, surtout que cela casse le spectacle et l'ambiance. Est-ce pour des raisons commerciales (pousser les gens à aller manger ou boire) ou pour une raison technique que l'on n'aperçoit pas vraiment dans la suite du spectacle? Je ne sais pas...

Par contre, le retour du spectacle fut homérique: l'idée d'organiser des navettes depuis la gare de Leuven me semblait bien sympa et l'aller fut facile.
Au retour, quand une partie de 35000 personnes décide de prendre les mêmes bus et que l'accès à ces bus se fait via des portes d'embarquement faites à l'aide de barrières nadar en laissant la foule s'écraser jusqu'au goulot du début des barrières, c'est pénible.

Quand pris dans cette foule compacte qui te rappelle les heures les plus sombres des 24h de Louvain-la-Neuve, tu te rends compte que certains dépassent, ça t'énerve.

Quand pris dans cette foule, tu vois qu'un bus n'arrive plus à fermer ses portes parce qu'ils gèrent mal les entrées et qu'il faut 25 minutes pour trouver une solution sans que jamais ils ne comprennent qu'il serait bien de faire avancer le bus pour laisser les autres se remplir le temps de résoudre le problème, tu t'énerves.

Quand finalement le bus part et que tu te rends compte que pour "gagner du temps", ils décident d'ouvrir les accès à d'autres bus à ceux qui sont ... de l'autre côté de la file et qui sont donc arrivés en dernier, tu as tendance à péter un câble!

De la à se dire qu'avec cette perte de temps, pour les malheureux qui étaient venus en train, c'était sans doute trop tard, il n'y a qu'un pas. Heureusement, nous étions venus en voiture jusque Leuven.

En synthèse, organisation déplorable des retours. Absolument aberrant pour une organisation telle que Rock Werchter! Mais bon, gardons plutôt le souvenir d'un superbe concert!!!


Aucun commentaire: