04 juin 2013

Les fonctionnaires en grêve, normal?

La question du connexions de demain: faut-il plaindre les fonctionnaires alors qu'ils se préparent à faire grève ce mercredi?

Mais qu'est-ce qu'un "fonctionnaire"? Ce n'est pas un métier, c'est un statut!
  • On peut être fonctionnaire, faire un travail compliqué et physiquement éprouvant ou avec des horaires épuisants tout comme faire un travail planqué dans une administration politisée grâce à un "poussant" et pas grâce à ses compétences.
  • On peut être fonctionnaire et avoir un barème salarial relativement faible ou être fonctionnaire et bénéficier d'avantages incomparables liés au type de travail.
  • On peut être fonctionnaire et bénéficier d'une sécurité d'emploi inacceptable simplement car les possibilités d'évaluer et de déplacer, voire remettre sur le marché du travail ceux qui n'ont pas les capacités pour le poste auquel ils ont été nommés n'existent pas ou être fonctionnaire tout en ayant un contrat précaire qui ne garantit son travail que de mois en mois.
Bref, un "fonctionnaire type", sans creuser plus loin les conditions du travail, cela n'existe pas.
Malheureusement, le populisme ambiant fait que souvent, on fait un amalgame en prenant comme exemple le "fonctionnaire" qui abuse du système au maximum. Ils ne sont pas tous comme ceci. C'est une maladie de l'époque "NVA-Style" :)

Être fonctionnaire, ce devrait plutôt être avant tout un sacerdoce: celui de servir les clients du service au public que sont les citoyens qui cotisent via leurs impôts pour payer leurs salaires. Après, le mode de contrat ne devrait pas spécialement être fort différent du privé: tu fais du bon travail, tu es récompensé; tu n'en fais pas, tu stagnes, voire tu es rétrogradé. Il faudrait peut-être revoir les types de contrats pour harmoniser avec les principes généraux basés sur le travail et les compétences mesurées objectivement.

Le problème qui se pose est pour moi plutôt de savoir si en cette période de disette économique, on peut se permettre de revendiquer quoi que ce soit, alors que tout le monde doit se serrer la ceinture et que de nombreuses personnes se retrouvent sans travail.
De nouveau, le droit de grève dans certaines circonstances est, en ce qui me concerne, plus ce qui pose problème que le statut de ceux qui le font.  Idem en ce qui concerne le pouvoir de certains syndicats, pas toujours très objectifs et factuels et qui montent la tête de certains fonctionnaires sur les capacités de l'état, ce qui amène à des clashs entre métiers alors que tout le monde devrait travailler dans la même direction, en s'impliquant à améliorer les choses...

Un jour peut-être?
 

1 commentaire:

Anonyme a dit…

pour avoir lu le papier des syndicats (qui fait une dizaine de pages), les revendications sont aussi en bonne partie de venir à une meilleure gestion et à un moindre gaspillage des deniers publics par le recours trop fréquent à des experts extérieurs qui coutent un pont alors qu'il y a des ressources suffisantes en interne (et qui parfois en plus croupissent dans des placards)