29 janvier 2013

Gâcher un capital sympathie en 1 leçon...

Petit flash-back...
1996 - Un choc social se prépare via la faillite des Forges de Clabecq. La Wallonie tout entière est choquée par la méthode brutale de fermeture de l'outil. Surfant sur la "marche blanche", les ouvriers de Clabecq mettent en place une "marche multicolore" qui rassemble un nombre incroyable de personnes qui s'émeuvent devant la "violence de la mondialisation qui crée des pertes d'emplois". Grand succès du meneur R. D'Orazio.
Une semaine plus tard ont lieu les premiers débordements: le curateur de l'entreprise est tabassé par des ouvriers que l'on supposera dirigés par D'Orazio. L'image de marque du meneur et du mouvement s'étiole.
Un peu plus tard, combat entre buldozers de travailleurs et police devant les caméras de la télévision: le grand public ne soutiendra plus le mouvement, choqué par la violence des images.

De nos jours...
2013 - Mittal se prépare à retirer ses billes à Liège de manière peu élégante. Choc pour toute la Wallonie devant l'ampleur du drame social et l'impact éventuel sur une région.
Alors que rien n'est encore officiel, les métallos décident ce 29/01 de se rendre à Namur et en décousent avec les forces de l'ordre, sans faire attention aux commerces et autres lieux publics qui auront à souffrir de leur passage. Images télévisées de violence. Sur les réseaux sociaux, l'impression que beaucoup pensent comme moi: l'aura de ce mouvement est déjà à la baisse car rien ne justifiait cettea violence, surtout quand le véritable instigateur est en Angleterre et s'en moque complètement. Vouloir faire pression physique pour pousser une décision politique (la reprise par l'état) est d'ailleurs à la limite du fascisme.

Comme le disait Salvor Hardin dans le roman de science-fiction "Cycle de Fondation (Asimov)": « La violence est le dernier refuge de l'incompétence ».

En ce qui me concerne, tout mouvement qui à un moment cède à la violence parce qu'il ne voit plus d'autre solution négociée est un mouvement qui a perdu et qui n'aura pas gain de cause dans une société démocratique civilisée.
Si les idées et  les valeurs ne peuvent vaincre, les poings n'y arriveront pas non plus!
Que l'on ne vienne pas me dire que c'est une violence justifiée "face à la violence de la société capitaliste", c'est "Bullshit" et que l'on ne vienne pas dire que ce sont les policiers qui ont entamé les hostilités, car même si c'est vrai, ils ne l'ont fait que parce que les manifestants voulaient envahir un périmètre sous leur protection. Bref, ils faisaient leur job.

En ce qui me concerne, ce mouvement a perdu une grande partie de mon soutien et si je continue à vouloir via mon action journalière démontrer qu'une autre économie plus humaine et plus respectueuse de la planète est possible, le combat des sidérurgistes liégeois n'y entre plus car ils se trompent de méthode.
J'espère néanmoins qu'une solution de reconversion pourra être trouvée pour la majorité de travailleurs méritants dans ces métiers souvent ingrats.

Aucun commentaire: