15 janvier 2013

Amitiés virtuelles, amitiés réelles?

On a beau avoir 40 ans et être bien ancré dans la réalité via sa famille et son travail, on n'est jamais à l'abri d'un questionnement qui peut paraître futile à la majorité des gens.

Un des miens est en cours depuis plus de 20 ans sur le sujet de la valeur des relations virtuelles. A certaines périodes de ma vie, j'ai tissé des relations virtuelles pour compenser un manque dans certains domaines. Quelle en est donc la réelle valeur?
En effet, quand on n'a pas l'occasion dans son entourage proche de trouver des personnes avec qui discuter ou échanger sur des sujets qui nous tiennent à coeur pour des raisons de distance ou de centres d'intérêts divergents, on se retourne parfois vers une alternative.
Il y a 40 ans, c'étaient les échanges avec des correspondants via des lettres (je n'ai pas connu :)). Il y a 20 ans, c'était sur les Internet Relay Chat (mIRC) où l'on pouvait laisser libre court à son besoin de débat. On y parlait de ses sujets préférés: information, médias, politique, cuisine, mangas, etc. A la longue, on ne pouvait y mentir sur ses idées, son éducation voire ses défauts car les véritables idées sortent toujours.

Le problème, c'est que souvent, on se découvrait face à des gens que l'on ne connaissait pas aussi bien que via de vrais relations et ceci au risque de s'y brûler les ailes. On se trouvait des points communs, des sympathies et parfois, cela allait jusqu'à une "espèce" d'amitié virtuelle. Parfois, on organisait des IRL (In Real Life) pour voir si dans la "vrai" vie, on retrouvait les mêmes accointances que celles remarquées dans les chats. Cela nous a mené à quelques mémorables soirées années 80, journée "pot-au-lait" à Liège, etc.

Si je dois faire le compte, je n'ai vraiment gardé contact qu'avec peu de personnes rencontrées par ce biais. L'amitié virtuelle semble donc s'être effacée avec l'éloignement physique et le fait qu'avec la "vrai vie", d'autres priorités étaient nées. Force est de constater qu'en comparaison, je n'ai également gardé que peu de contacts fréquents avec des personnes qui étaient également de bons amis "du monde réel" de l'époque. "Loin des yeux, loin du coeur" semble être un adage valable aussi bien pour le réel que pour le virtuel.

Depuis quelques temps, ma présence sur Twitter - qui permet plus de profondeur dans les échanges que Facebook par son dynamisme et offre moins d'anonymat que sur des forums de discussion - m'a permis une nouvelle fois de rentrer en contact un peu moins superficiel mais tout aussi virtuel avec des gens sympas, des gens intéressants voire même des personnes dont je pense partager les valeurs au point de me dire que dans la "vrai vie", on pourrait être proches.
Cette présence plus forte ces derniers temps est liée au fait qu'avec 2 enfants trop jeunes pour être autonomes et peu de solutions de garde aisées, il y a de grands moments de vide à combler que par nature, mon envie de communiquer peut satisfaire via ces réseaux alors qu'elle ne peut plus le faire dans la réalité via des rencontres entre amis.

En bref, il y a en ce qui me concerne la place pour tisser des liens "basiques" via les réseaux sociaux et estimer la concordance (ou pas) de valeurs. Si en plus, la vie veut que dans certains cas, l'occasion se présente de dialoguer ne fut-ce qu'une fois de vive voix pour valider via le regard l’honnêteté des propos du web, je pense qu'aussi virtuels que soient les échanges par la suite, ils peuvent prendre autant de place que ceux de la vie réelle. Même si l'espace et le temps ne permettent plus de se croiser souvent, ces échanges peuvent être très concrets et influencer la vie réelle. :)

1 commentaire:

Sane a dit…

pppfffff c'est râlant ! Tu as encore réussi à exprimer ce que je pense ;-)
Et la correspondance papier j'ai connu et pratiqué assidument. Pour retrouver après quelques années sans contact (les études, la vie,...) une de mes correspondantes via facebook.
En termes d'amitié virtuelle, j'en cultive une autre depuis bientôt 13 ans uniquement via le net. Parce les distances sont parfois des obstacles au réel. ;-)