13 octobre 2012

Dimanche, c'est fini: la politique se rendort!

Ouf, il ne nous reste plus que deux jours à souffrir sur les réseaux sociaux! Souffrir de quoi?  D'être pollué en permanence par des photos électorales de l'un ou l'autre candidat qui, au lieu d'expliquer son cas personnel, passe en revue les 40 candidats de sa liste l'un après l'autre.  Quand tu as un "ami", ça passe mais quand tu en a 500 et que chacun vient d'une commune différente, c'est très vite pénible.  Heureusement, on sait par expérience que l'interactivité des candidats s'arrête avec leur élection, ou défaite.

En ce qui concerne cette campagne, trois remarques:

  • Pour la première fois depuis longtemps, je n'étais pas vraiment impliqué dans ces élections: je ne suis plus réellement "proche" de l'un ou l'autre parti et je regarde cela de plus loin.  Force m'est de constater qu'il est maintenant tout à fait possible de quasi passer à côté de ces élections. En effet, je n'ai croisé aucun candidat (je ne vais pas sur les marchés, je suis au travail pendant les heures de bureaux), il y a toujours eu une émission plus intéressante aux heures auxquelles on nous proposait les émissions électorales en prime time et je n'ai pas eu le temps de podcaster les émissions télés du midi. En bref, je me dis qu'un citoyen non intéressé peut tout à fait aller voter sans aucune idée de ce que va défendre son candidat.  Dommage pour ma vision de la démocratie.
  • Personne ne sait qu'on vote pour les élections provinciales: c'est complètement passé à travers les médias, ce qui montre que ce niveau de pouvoir est suranné.  On ne sait même pas le vendre aux électeurs car il ne sert souvent que de place de sauvegarde pour candidats malheureux dans les "très gros" partis.  La présence d'un gouverneur et de ses collaborateurs devrait être largement suffisante pour les quelques compétences qui s'y trouvent.  Et quelle économie pour nous!
  • De nombreux amis électeurs me disent qu'ils ne voteront pas pour ceux qui ont trop pollué leur boite aux lettres.  Dingue, je pensais que les flyers, c'était pour inciter les citoyens, pas les dégoûter.  Encore raté car l'abus nuit en tout :-)

J'ai également tendu l'oreille sur les débats namurois et mon avis initial n'a pas changé:

  • Au niveau provincial, vu que je n'ai quasi rien entendu dans les médias, je reste convaincu qu'Ecolo, seul parti à se positionner contre ce niveau de pouvoir reste mon unique choix.  Georges Balon Perin et Laurence Lambert seront donc mes choix de base.
  • Au niveau communal, j'ai été complètement convaincu que même si la liste PS renferme des perles, sa tête de liste est complètement décrochée de la réalité de la législature passée: elle a abusé de mauvaise foi et de contre-vérités durant la campagne, surtout au niveau des villages.  L'avoir comme bourgmestre serait à mon avis rater un tournant majeur dans l'évolution de Namur-capitale... Même si ce n'est qu'un avis personnel et que je ne suis pas infaillible, loin de là. 
  • Ensuite, je n'ai absolument pas été rassuré dans les débats sur le fait qu'un accord préélectoral n'ait pas été fait entre MR et PS à un niveau supérieur et qu'il pourrait être imposé aux réformateurs namurois comme ce fut le cas en 2006.  Trop risqué vu ma remarque précédente, de réouvrir la porte à l'ancien style de gestion de la ville.
  • Restent donc les Ecolos et le cdH et quand je compare les deux listes, deux binômes qui ont fait leurs preuves lors de la législature précédente ressortent pour les villages (dont Temploux): Allard - Prévot pour le cdH et Sauvage - Granchamps pour Ecolo.  Bien que mon envie de voir quelqu'un de valeur comme Maxime Prévot à la tête de la commune me fera sans doute pencher dans ce sens, je pense que ces deux paires peuvent être mises à l'honneur en ce qui me concerne.  Chacun fera son choix en âme et conscience!

Bon vote pour ceux qui n'ont pas piscine demain :)



Aucun commentaire: