05 septembre 2012

Connexions, attention aux "faux sujets" de débats

Phineas_Barnum m'est témoin que je suis un grand fan de la RTBF :).  Particulièrement, je le suis de ses émissions de débats.

En 25 ans, j'ai participé en tant que citoyen témoin ou simple membre du public à d'innombrables très bonnes émissions.  Que ce soit de "Les pieds dans le plat" de JC Defossé à diverses versions de "Mise au point" en télévision ou "Questions publiques" et "La rentrée politique de la Première" à la radio, j'ai toujours trouvé que l'on donnait une parole aux spectateurs/auditeurs dans un but de pouvoir poser des questions parfois impertinentes et toujours intelligemment polémiques.

J'étais très attentif au démarrage de "Connexions" en radio cette semaine, animé par le dynamique Pascal Claude.  Je suis pour l'instant un peu dans l'expectative et je reste sur ma faim.
Avant tout, l'arrivée de cette émission nous enlève une des dernières possibilités de poser des questions à des responsables politiques pas toujours transparents.
Néanmoins, cela pouvait donner à l'auditeur une vrai opportunité de donner son avis et plus de place pour participer à des débats intéressants.

Malheureusement, les sujets proposés ne me semblent pas (encore) à la hauteur.

  • Comment en finir avec le sexisme en rue?  C'est une question d'éducation et de nature humaine; on peut en parler mais c'est un changement de société qu'il faut... Bref, pas pour demain!
  • La vitesse sur les autoroutes à 130 au lieu de 120?  Le gros problème vient des gens qui conduisent mal, imprudemment ou se prennent pour des pilotes de course; on peut en parler mais ce ne sont pas 10 petits km/h qui changeront fondamentalement la donne.
  • Les livrets d'épargne à 1% au lieu de 3%?  Pour la majorité des épargnants qui n'ont pas d'immenses sommes avec lesquels pouvoir jouer, les comptes d'épargne sont là pour ne pas garder les économies à la maison et il faut s'adapter aux taux sans pouvoir y faire grand chose; on peut en parler mais ça ne change pas grand chose.
  • Les tablettes numériques à l'école?  Il n'y a pas d'argent public pour l'offrir à tous et il n'est (heureusement) pas possible de faire de l'élitisme social qui serait marqué à ce point en restreignant l'accès uniquement aux enfants de ceux qui peuvent payer; on peut donc en parler mais ce n'est pas pour demain non plus.

En résumé, les sujets choisis sont des sujets vaguement de société mais dont les débats entre citoyens n'apporteront jamais de pierre à l'édifice potentiel d'un changement.
Contrairement à l'interpellation d'un politique qui pouvait laisser le mirage au citoyen auditeur qu'il pouvait peut-être le faire réfléchir ou lui apporter une idée, on arrive ici au niveau "discussions de comptoirs".

Je ne dis pas que ce type de discussions n'est pas intéressant en soi.  Je pense juste qu'en "prime time" du matin, ce n'est pas ce que l'auditeur qui s'intéresse à l'information et la politique via l'émission "Matin Première" recherche.  On verra à l'usage...

Aucun commentaire: