12 août 2012

On en fait trop avec Michel Daerden!

Je respecte la personne que fut Michel Daerden et je présente mes condoléances à la famille, comme je le ferais pour tout être humain que je ne connais pas personnellement et qui n'a pas été condamné pour un crime grave.  C'était visiblement un épicurien intelligent et humain avec de belles qualités d'opportunisme politique et médiatique, il faut le reconnaître.

Je ne suis néanmoins pas fan de l'homme politique Michel Daerden.  Ceci pour plusieurs raisons:
  • d'abord, parce que son ascension est basée sur un principe politique que je n'accepte pas: le clientélisme.  C'est à force d'apporter soutien personnalisé en contournant les principes du service public égalitaire (quelle que soit sa tendance politique) qu'il s'est fait connaître localement et je n'aime pas cette philosophie politique;
  • ensuite, parce que les gens de la rue le présentent comme un bienfaiteur de la population, un peu comme s'il avait oeuvré toute sa vie dans des asbl. C'était avant tout un financier avisé qui a fondé un petit empire économique via son entreprise de réviseur d'entreprises et ceci sans vraiment se soucier de redistribuer aux gens "du peuple" une partie de ses bénéfices.  Là où les militants socialistes sont d'habitude prêts à lancer des pierres sur les "méchants capitalistes", ils sont en pâmoison devant l'un d'entre eux sans même s'en rendre compte et sans que cela ne choque personne;
  • finalement, parce que Michel Daerden est mis en avant par les médias tel un grand homme d'état qui aurait quasi changé la face de la Belgique. En fait, l'état des routes wallonnes, c'est un peu aussi son oeuvre; les non-décisions aux pensions, c'est un peu sa faute et une partie des problèmes entre hommes politiques wallons et flamands à cause de son image désastreuse et de son incapacité à apprendre le néerlandais en tant que ministre fédéral sont aussi à mettre à son passif.  Je ne dis pas qu'il n'a pas fait de belles choses comme son apport à la relance de la région liégeoise ou à la gestion de budgets mais je ne suis pas certain que sans lui, notre monde politique aurait moins bien fonctionné, que du contraire...

En deux mots: Michel Daerden était un homme comme beaucoup d'autres qui a (très) bien profité d'opportunités que la vie lui a fournies mais il faut arrêter d'en faire un super héros du peuple.
Il manquera à sa famille, à ses amis et pour cela, il est normal de ressentir une certaine tristesse mais selon moi, il ne manquera plus vraiment à la Politique belge et rien que pour cela, il est temps que les médias passent à autre chose pour ré-aborder la Politique selon l'angle du débat d'idées en cette année électorale...

Aucun commentaire: