15 août 2012

Namur, ta dégradation passera par le manque de respect...

Je profite de ce jour férié pour me permettre un petit article semi-local suite à quelques lectures récentes dans les médias.
En effet, j'ai lu que l'insécurité exacerbée à Charleroi revenait au devant de l'actualité. Cette information était répercutée par un élu namurois qui s'en inquiétait.

Ayant grandi à Charleroi et habitant depuis plus de 10 ans sur Namur, je peux me permettre une comparaison qui peut faire peur à mes amis namurois.

Le cente de Charleroi n'a pas toujours été le coupe-gorge que l'on présente maintenant. J'ai connu une époque (début des années 90) où l'on pouvait se balader en rue sans aucun risque malgré le fait que cette ville était déjà économiquement défavorisée.  Quand on se promenait, les habitants, même ceux qui ne se connaissaient pas, se saluaient par un petit "bonjour" ou un signe de la tête.  Si l'on était perdu ou que l'on cherchait un magasin, il suffisait de demander et le soutien était toujours présent.  Lorsque l'on sortait chez des amis en été, on savait que les voisins étaient prévenus, à 22h on diminuait spontanément le son de la musique et vers minuit, le bruit était confiné à l'intérieur.  Les tags dans la rue étaient exceptions et les lieux publics étaient préservés: on pouvait même organiser des matchs de foot sur les pelouses communales entre personnes qui ne se connaissaient pas dans une ambiance sympa.
J'aurais ainsi bien d'autres exemples de convivialité qui avaient lieu à Charleroi. Pourquoi?  Parce que malgré la situation économique, la majorité des habitants agissait avec le Respect de l'autre et appliquait le principe "ne fait pas à autrui ce que tu ne veux pas qu'il te fasse".
Ensuite, tout a commencé à se dégrader et en 10 ans, tout a changé.  Maintenant, c'est une ville où le manque de respect est la règle, ou demander son chemin est risqué, où les tags sont légions et où les commerces n'osent plus ouvrir après 16h (d'après l'article dont je parlais en introduction).

Au début des années 2000, je retrouvais ce respect et cette convivialité à Namur et c'est pour cela que s'y installer était un vrai plaisir.  C'était une ville où il faisait bon vivre et où les villages environnants sentaient bon le bon voisinage et la cordialité.
Depuis quelques années, je note de plus en plus les signes avant coureur d'une certaine "dégradation" que j'avais remarqués à Charleroi il y a 20 ans.  Les gens s'y croisent aussi en regardant leurs pieds: leur dire bonjour nous vaut un regard agressif. Le Respect commence à s'étioler: les gens se disputent pour des places de parking, la sympathie disparaît. Même au niveau des activités nocturnes, c'est devenu le chacun pour soi et je note souvent après minuit des soirées chez l'habitant avec musique à fond et cris dans les jardins sans aucun respect pour le voisinage.

Bien sûr, ce n'est pas "encore" grave: on est loin de la situation carolo mais attention, il faut parfois pouvoir prêter attention aux signes qui signalent que l'on est sur une pente descendante!  Et il ne faut pas espérer que le pouvoir politique ou judiciaire puisse agir alors que ce ne sont que les prémices. Il faut dès lors que chaque citoyen-habitant namurois fasse son introspection et se demande s'il est prêt - pour avoir un peu plus de "libertés" de comportement sans se soucier de "l'autre" - à prendre le risque de s'engager sur la même pente glissante qui mène une ville à ne plus être un plaisir...

Mon avis est évident mais je ne suis pas toujours certain qu'il soit partagé.  Namurois qui lisez ce post, la prochaine fois que vous allez en ville, affichez un sourire et n'hésitez pas à retourner un "bonjour" qui vous est lancé, voire à en lancer vous-même.  Si on vous demande un renseignement, faites de votre mieux pour y répondre, même si ce n'est pas toujours facile.  En cas de fête, n'hésitez pas à penser à vos voisins et prévenez les au moins à l'avance.  Quand vous conduisez, dites-vous que 2 minutes derrière quelqu'un qui vous ralentit ne vous fera pas arriver en retard et que moins de stress au volant ne peut qu'être bon pour vous!

Bref, n'hésitez pas à remettre en avant cette valeur qui peut faire de notre ville la différence avec d'autres: une ville où le Respect est la règle et où il fait bon vivre!

1 commentaire:

Belgradois a dit…

une petite anecdote:

en me promenant récemment, je dis bonjour à quelqu'un. Elle ne me répond pas. Bon, soit. Puis quelque mètres plus loin elle vient vers moi et me demande si je suis du quartier. Je ne suis pas du quartier. Elle ne m'a donc toujours pas retourné de bonjour. Pour certaines personnes, on ne peut se dire bonjour que si on est du quartier. Je précise que je suis jeune et qu'elle avait entre 40 et 50 ans et que donc ce n'est pas uniquement une question d'âge.