25 juillet 2012

A propos de reconversions politiques...

Cette semaine, nous avons pu découvrir deux systèmes tout à fait différents dans le cadre des "reconversions politiques" dans la région de Liège.

D'un côté, Jean-Michel Javaux, la quarantaine, candidat bourgmestre à Amay, se reconvertit en consultant d'une société productrice d'électricité verte (soit tout à fait dans son domaine de compétence) et envisage de prendre la direction de Meusinvest, active dans le développement des PME en région liégeoise. Deux postes dans le privé, dans des domaines où l'action politique et l'expérience de l'ancien co-président d'Ecolo peut justifier une plus-value.

De l'autre côté, Michel Daerden, 63 ans, fortune faite grâce à son cabinet de réviseurs et ses multiples cumuls de mandats publics, candidat bourgmestre à St-Nicolas, se voit décerner un titre de CEO d'une société anonyme fabriquée bien à propos sur les fonds d'une intercommunale publique gérée par un de ses anciens lieutenants.

En caricaturant un peu, d'un côté, quelqu'un qui se reconvertit dans un vrai travail visant à continuer ses activités de promotion de sa région et ses convictions dans les énergies durables et de l'autre, quelqu'un qui amasse encore un peu plus de sous (dont il n'a pas vraiment besoin) en allant à l'encontre des valeurs que son idéal socialiste devrait prôner, comme patron dans une société dont la plus-value de l'existence reste à démontrer.

Alors, quand certains traitent des « reconversions politiques », je pense qu'il faut pouvoir faire la différence entre les cas et creuser un peu plus au delà de l'effet d'annonce. En effet, l'aura politique aura joué dans les deux cas mais la comparaison s'arrête là en ce qui me concerne. Tout à construire et de vrais résultats mesurables attendus pour l'un face à une énième place à pognon dont l'opacité des actions nous semble déjà promise pour l'autre.

Bref, il y a sans doute reconversion politique et reconversion politique et ce serait bien de le signaler parfois mais ce n'est - une fois de plus - qu'un avis personnel basé sur ce que j'ai lu dans les médias...  

1 commentaire:

Benjamin Damien a dit…

On peut voir ça autrement : Javaux se positionne dans 2 domaines pour lesquels il n'a aucune compétence, ayant été un cabinettard toute sa vie. Il sera "consultant" pour faire profiter de son aura (parce qu'il n'y connait rien en renouvellable, que les mythes et dogmes écolos érigés en "vérités") une "société d'énergie renouvellable" donc jamais rentable et bouffeuse de subsides (que le Javaux va aider à obtenir), et en même temps, en réponse à je ne sais quel marchandage politique, il va devenir directeur de Meusinvest dans un domaine (économique et les PME) qu'il ne connait pas, et va surement apporter un beau tas d'irrationel écolo-bobo dans cette respectable institution.

Et on peut aussi souligner le magnifique conflit d'intérêt entre "Consultant" pour une PME et directeur d'un fonds public de financement de PME...

De l'autre, on avait Daerden (que je n'apprécie pas non plus) que l'on tapait dans une voie de garage, mais dans un domaine qui était au moins le sien : La gestion d'actifs finaciers.

Adpete du bon sens, tu disais? ;-)