04 mars 2012

Ecolo: ça passe ou ça casse!

Soyons clair, n'étant plus membre d'Ecolo, je n'ai aucune idée des vrais tenants et aboutissants (n'ayant pas participé aux débats) de ce qui s'est décidé ce jour.  Néanmoins, voici quelques réflexions d'un ancien membre, suiveur - plus ou moins proche selon les époques - du mouvement (quasi depuis ses débuts) et observateur extérieur du monde politique belge.

  1. A mon avis, le choix "Hoyos/Deleuze" était le meilleur choix possible.  Non pas parce que les autres n'étaient pas bons (je ne peux pas juger) mais parce que dans cette situation, on prône le changement dans la continuité.  Ceci veut dire qu'il n'y aura pas de rupture de fonctionnement avec l'ère Javaux & co; qu'il y aura un mix jeunesse/expérience utile; qu'il y aura de la complémentarité dans l'équipe; qu'il y aura de l'éloquence et de la capacité à galvaniser les citoyens lors des débats.  Bref, un duo qui peut gagner.
  2. Le partage des voix démontre une certaine vivacité démocratique à l'intérieur d'Ecolo mais d'un autre côté, ce peut être la démonstration d'un baril de poudre prêt à exploser si la "grosse minorité" ne se sent plus complètement derrière la ligne du duo gagnant.  Il faudra aussi mesurer la capacité éventuelle de nuisance (involontaire ou pas) que pourraient avoir les perdants.  Si Ecolo a bien muri sous l'ère Javaux, les frustrations seront oubliées bien vite.  Si la disparition de ces débats fratricides n'était qu'un feu de paille et qu'à la prochaine réunion, l'un ou l'autre décidait de mener une opposition "non constructive" contre le "nouveau pouvoir en place" parce qu'il considère qu'il n'a pas une légitimité suffisante, ce serait une catastrophe.
  3. Le remplacement d'Emily Hoyos au Parlement Wallon sera un gros challenge pour celui qui la remplacera.  En effet, même si ce n'a pas été parfait, Emily a toujours essayé de mettre en avant de nouveaux principes de fonctionnement plus éthiques et il faudra être à la hauteur tout en étant toujours la cible de certains députés wallons anti-écolos.  Patrick Dupriez aura du boulot!
  4.  Le remplacement d'Olivier Deleuze comme chef de groupe au fédéral alors que les accords institutionnels vont être en pleine discussion est un autre gros morceau à assimiler...

J'arrête ici mais en tout cas, les semaines qui viennent seront cruciales pour qu'Ecolo continue à représenter une certaine opposition/participation derrière laquelle un grand nombre de citoyens - et je ne parle pas ici uniquement de membres d'Ecolo mais bien d'électeurs en général - puisse se retrouver.

Alea Jacta Est comme le disait Van Quick et avant lui le Grand Jules!  Je félicite les gagnants et souhaite qu'Ecolo puisse conserver son influence positive dans les débats tout en continuant à prendre de la hauteur dans ceux-ci.  Avec un cdH qui va sans doute se positionner de cette manière via son nouveau président, les prochains échanges pourraient être intéressants!

Aucun commentaire: