22 octobre 2011

La mauvaise foi m'énerve

Deux exemples ces derniers jours: un politique et un sportif.

Le politique: Monsieur Piqué, président de la région bruxelloise (pas un con, donc) nous expliquait que les responsables politiques n'auraient pas pu prévoir le problème des communes avec Dexia.
D'abord, "gouverner, c'est prévoir".  Donc, s'il n'ont pas spécialement plus de "nez" que les autres citoyens, on se demande bien à quoi cela sert de les payer bien plus cher que le reste de la population.  Au moins, les managers dans le privé justifient leurs salaires exorbitants par des compétences de gestion supérieures.  Il n'est pas dit que ce soit en effet justifié, mais c'est un autre débat.
Ensuite, venir dire qu'ils n'ont rien vu venir est inacceptable, quand on sait que nombre de politiques ont été administrateurs de Dexia.  Bien sûr, s'ils ne venaient que pour la rémunération ou s'ils n'avaient pas le temps de suivre ce qui s'y faisait à cause de leurs cumuls de mandats, cela explique bien des choses.
Maintenant, cela fait 20 ans que certains dénoncent ces cumuls et ces présences inutiles bien que rémunérées mais rien ne change.
Enfin, quand on sait que le Holding communal a refinancé Dexia via un emprunt ... chez Dexia, c'est vraiment à désespérer de l'éthique de certains administrateurs publics!
Bref, ils se foutent de nous...

Le sportif: En tant que supporter du Standard, je suis déçu par le football présenté aux cochons payeurs de supporters que nous sommes.
Quand j'entends la direction ou l’entraîneur expliquer qu'ils voient du beau football ou qu'il ne manque que la concrétisation, je me dis qu'ils ne peuvent pas être autant hors de la réalité.
Ils disent trouver que le public exagère en sifflant alors que les joueurs se battent sur le terrain!  C'est ne pas vouloir voir que le public siffle surtout parce que les joueurs, alors qu'ils étaient opposés à une faible équipe, n'allaient pas vers l'avant: ils abusaient de balles en retrait et de "chipotages" techniques qui ralentissaient le jeu.
On ne demande pas à en revenir au "kick & rush" à la Donofrio, mais demander aux joueurs de faire leurs passes vers l'avant et de jouer l'attaque contre un adversaire plus faible serait déjà quelque chose qui satisferait nombre de supporters.  Contre Arsenal, nous avions perdu en marquant 2 goals et en se battant sur tous les ballons et les supporters étaient sortis du stade fiers, malgré la défaite.  Ici, c'est plus la honte d'être mauvais contre une petite équipe qui gène les supporters.

Bref, quel que soit le domaine, ce n'est pas parce qu'on ne peut se justifier avec des arguments factuels qu'il faut raconter n'importe quoi et prendre les autres pour des cons en avançant des arguments irréalistes car cela se voit.... Et c'est ainsi que l'on renforce la radicalité de l'opposition.

Aucun commentaire: