04 septembre 2011


Le redoublement en question

Qui dit "rentrée scolaire", dit "débats politiques sur l'enseignement".
Ces dernières années, on sait que, faute de moyens, ces débats seront sans impact.  Je ferai donc l'impasse sur ces débats radio-télévisés cette année.

Néanmoins, je m'en voudrais de ne pas rappeler mon point de vue ici :)

Si un jour, on met en place les conditions correctes de travail en classe:
1. Mettre en place une certaine modularité dans l'apprentissage des savoirs qui permettrait aux plus forts d'anticiper sur les classes et aux plus faibles de combler leurs retards en refaisant leurs "modules à faiblesse" tout en les laissant "avec leurs amis" pour la majorité des cours.
2. permettre aux enseignants de "faire classe" et donc, de donner pleine capacité de leur potentiel, en diminuant la taille des classes ou en éliminant les perturbateurs des classes trop nombreuses vers des classes "spécialisées".
3. arrêter de donner trop de pouvoir à la société civile (parents, juges) lorsque des évaluations externes neutres ont démontré une incapacité à passer à l'année suivante, faute de bases acquises.
4. permettre de sanctionner des enseignants non compétents qui ne veulent pas s'améliorer.

Dans cette situation, on pourra réellement évaluer l'impact du travail des enseignants et remédier aux manquements, aussi bien des professeurs que des élèves.

Tant que tout ceci ne sera pas rempli, le reste ne sera jamais que "blabla" de politiciens...

Aucun commentaire: