10 juillet 2011

Qu’y a-t-il derrière l’aveuglement politique ?

Depuis maintenant plus d’un an, les analystes politiques et autres journalistes expérimentés expliquent à qui veut l’entendre que la NVA ne veut pas d’un accord. 
Ils précisent que leur tactique, c’est de laisser pourrir les choses afin qu’il n’y ait plus d’autre possibilité que de faire comme le Soudan ce week-end : se scinder en 2 parties.

Depuis ce moment, les responsables politiques qui disent à qui veut l’entendre qu’ils sont contre la scission du pays préfèrent faire croire qu’il y a une solution « classique » à la crise et font durer le plaisir en utilisant les salaires que les citoyens leur versent via leurs impôts pour discuter, palabrer, se voir, passer à la télé et à la radio, etc.

Il est peut-être temps de passer à autre chose.  En effet, il y a peut-être eu 2 grands gagnants relatifs aux élections de l’an passée, mais il y a actuellement une majorité de perdants à la situation actuelle. Si on considère que la NVA et le VB, c’est 30% de 60% des belges, cela veut dire que ce qu’il reste, soit les 82% de belges qui ne prônent pas spécialement la disparition de la Belgique n’ont pas le gouvernement auquel ils aspirent.

Je ne vois donc que deux solutions :
- soit les représentants politiques de ces 82% de belges (soit une large majorité démocratique) font leur travail et forment un gouvernement sans la NVA, advienne que pourra aux prochaines élections fédérales ;
- soit ils décident de laisser le citoyen choisir via un référendum.  Ce n’est peut-être pas constitutionnel mais comme le disait très bien un juriste au dernier JT, les révolutions ne se sont jamais faites dans la légalité. 

Il est temps que les choses changent : gagner du temps alors que c’est de toute manière le citoyen qui, à la fin du compte, paiera la note finale lorsque les agences de notations nous feront un caca nerveux n'est plus une option acceptable. 
Il faut que cela cesse !

Aucun commentaire: