22 janvier 2011

Et si la catastrophe était imminente?

Hier, des membres du TAK (Taal Actie Komiteit) se sont attaqués chez lui à un bourgmestre non nommé de la périphérie pour son anniversaire. Rien de grave, mais qu’il soit où non une personne publique, ce bourgmestre de 77 ans est avant tout ce que l’on appelle « une personne âgée ». Normalement, on ne s’attaque pas aux personnes âgées, quel que soit leur métier.

Pourquoi le signaler? Parce que nous sommes dans une situation explosive. Quand une journaliste de la VRT débarque à Namur lors des fêtes de Wallonie, elle est chahutée ; lorsqu’un réalisateur flamand discute avec un réalisateur wallon en français dans une rue d’Anvers, il se fait apostropher et on lui demande pourquoi il parle cette langue avec « ce gars ». Il y a d’autres exemples.

Bien évidemment, ce ne sont que des petites minorités, mais l’on sait bien que d’un drame causé/subi par une seule personne peut sortir une révolution. On l’a encore vu en Tunisie, même s’il ne faut pas comparer un peuple appauvri et échauffé par la dictature d’un seul homme et deux peuples simplement rendus amorphes par la dictature de deux particraties.

Je pense que si rien ne change très rapidement au niveau de nos irresponsables politiques, un illuminé ou l’autre pourrait mettre le feu au poudre et nous entraîner dans une spirale où certains évènements violents pourraient se produire.
Il n’est pas trop tard, même s’il est temps.
Bien évidemment, il ne faut pas faire un gouvernement “à n’importe quel prix”.
Si c’est pour conserver un mauvais mariage où l’un des deux, non content d’être violenté par l’autre se trouverait financièrement exsangue, mieux vaut peut-être une séparation loose-loose (vu que la win-win est irréaliste avec notre dette commune).

En tout cas, quoi que nous apportent les semaines qui viennent, si dérapage il y a, il ne faudra pas que certains viennent dire qu’ils n’ont pas une certaine responsabilité et qu'ils n'ont rien vu venir. Si l’ambiance entre flamands et wallons pourrit, c’est principalement à la politique qu’on le doit...

Aucun commentaire: