23 décembre 2010

Le MR à la croisée des chemins

La Belgique francophone est politiquement humaniste. Cela ne veut pas dire que le cdH domine, loin de là, mais bien que jusqu'à présent, les options politiques restent solidaires avec les plus faibles, même pour les partis qui veulent se démarquer de la "gauche".

De manière générale, « la droite » se démarque en deux clans principaux: la droite conservatrice et la droite libérale.

Si l’on veut oser une caricature, la droite conservatrice veut la sécurité par la force et le droit des armes ; elle ne veut pas du principe de soutien universel aux démunis ; la droite conservatrice veut que « sa » religion puisse avoir son mot à dire dans la gestion de l’état ; les conservateurs sont pour les privilèges de classe et la transmission des privilèges par le lien du sang ; les conservateurs sont (ben tiens…) contre le progressisme ; Ils sont pour le capitalisme et la toute puissance des marchés, etc.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Conservatisme

Au contraire, la droite libérale est par définition progressiste, elle veut la primauté de l’individu sur la masse ; elle s’oppose au droit divin ; elle défend l’idée que tout homme a des droits fondamentaux et que la hiérarchisation se fait au mérite; elle est pour la libre entreprise et une mondialisation régulée, etc.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Lib%C3%A9ralisme

Par la voix de ses deux actuels candidats présidents (suite à une demande de ma part via Matin Première / Questions publiques et le forum de La Libre), le MR se positionnerait comme un mouvement libéral non conservateur mais en enfonçant le clou de son positionnement en alternative aux autres partis “de gauche”.

Déjà, je ne suis pas certain que tous les élus cdH (anciens PSC) soient vraiment “de gauche”, comme je reste convaincu qu’une partie des écolos est centriste.
Ensuite, en se positionnant comme seule alternative aux partis de “gauche”, le MR veut de facto recevoir les votes de la droite conservatrice et donc, sera obligé de faire des propositions dans ce sens, qui va pourtant à l’opposé de certaines valeurs libérales.
L’autre solution avec ce positionnement, même si le MR ne sacrifiait pas ses valeurs pour obtenir les votes conservateurs, serait d'entrainer à terme une bipolarisation et donc une mise en place de coalition avec les conservateurs pour s’opposer à la “gauche”.

En bref, en se positionnant comme alternative à la gauche, le MR devra sacrifier certaines valeurs qu’il veut mettre en avant s’il veut accéder au pouvoir. Je pense qu’il serait plus simple de clarifier ses valeurs tout en mettant en avant les collaborations possibles avec d’autres partis centristes...

Le choix qu'il fera d'ici février l'engagera pour les années à venir!

Maintenant, ce n’est qu’un avis personnel :-)

Aucun commentaire: