28 novembre 2010

De l’intérêt des marchés dans les campagnes électorales…

C’est suite à une discussion sur Facebook avec l’utilisateur du compte de Richard Miller que je me suis dis qu’il était temps que j’écrive un post sur ce sujet.

Ma réflexion date d’il y a bien longtemps (je pourrais presque parler d’une autre vie, celle sans les enfants) lorsqu’ayant bien le temps, j’étais engagé de manière relativement intensive dans un parti politique.
J’ai toujours été un intellectuel, un débatteur de salon, un négociateur en petit groupe voire un blogueur et un posteur plus qu’un tribun haranguant la foule. Depuis, je sais que c’est lié à mon profil psychologique, mais à l’époque, je me disais surtout que la réflexion valait mieux que l’action. Pour faire bref, le clash avec ce parti arriva au moment où l’on me fit remarquer qu’on n’attendait pas des jeunes d’un parti qu’ils réfléchissent sur les grands sujets de société (il fallait laisser cela aux « patrons ») mais bien qu’ils distribuent des tracts dans les marchés. Pourquoi?

Tous les partis se baladent sur les marchés en campagne électorale.
Et puis ?
Quel pourcentage de personnes qui sont sur les marchés a le temps de s’arrêter pour discuter le bout de gras avec des élus potentiel ?
Qui va encore au marché, en dehors de ceux qui habitent juste à côté ?
Est-ce représentatif de la population totale qui va plutôt faire ses courses dans les centres commerciaux?
Quand on va au marché, c’est pour faire ses courses ou se balader avec la famille. On n’est pas en condition « débats politiques ».
Dans quel but un élu va-t-il sur le marché ? Est-ce simplement pour montrer sa tête parce que les électeurs qui ne sont pas figés dans un choix depuis leur naissance par bourrage de crâne familial votent surtout pour ceux qui leur serrent la main sans même connaître leurs idées politiques ? C’est sans doute un peu vrai, mais quelle image est-ce de la démocratie ?

Franchement, je n’ai pas la réponse à ces questions, mais à cette époque où l’on se plaint du gaspillage de l’argent public, où l’on sait que le temps passé en famille est précieux car l’austérité nous guette et le travail va plus que jamais devenir le plus grand facteur d’émancipation, errer sur les marchés pour débattre de la politique, n’est-ce pas beaucoup d’énergie et d’argent (en collaborateurs et en tracts) gaspillés pour un rendement trop faible ?

Ne vaudrait-il pas mieux que certains se concentrent :
- sur les mass médias, où le rendement est certainement bien plus important;
- sur les marchés numériques que sont les réseaux de socialisation (twitter ou facebook) où l’on touche les gens quand ils peuvent se consacrer à la discussion politique ou au moins au débat d’idées?

Franchement, l’intérêt des marchés en campagne électorale, je voudrais qu’on m’explique….

1 commentaire:

himself a dit…

N'est-ce pas l'endroit où on est vu par un max de gens (juste vu, c'est suffisant) et où (car on s'y retrouve à plusieurs) on y sera filmé par la téloche pour le reportage-à-la-con sur le élections au JT du soir (vu aussi par un max de gens)

On est pas élu pour des idées, ou des actions, mais juste sur une image, non ?