04 septembre 2010

Etant donné que certains amis membres écolos namurois ne sauront pas venir à l'AG de la régionale ce mardi pour prendre connaissance des diverses candidatures (et pouvoir voter pour ou contre), je retranscris ici ma lettre de candidature pour un maximum de transparence!

Pourquoi je me présente au poste de délégué au Conseil de fédération d’Ecolo pour la régionale namuroise.

Mon nom ? Régis Warmont
Ma locale ? Namur
Ma formation ? Ingénieur Civil en Informatique et Gestion.
Ma profession ? Ressource Manager dans une société d’informatique.
Mes pôles de compétences ? Enseignement, Bonne gouvernance, Planification et Gestion.

Je souhaite avant tout préciser qu’en tant que démocrate, je serais avant tout un relais bidirectionnel des avis émis par les écolos namurois. Je les représenterais au niveau des votes si j’étais élu mais je n’hésiterai pas à user de mon droit de parole pour exprimer des avis éventuellement divergents de la majorité.

Pourquoi présenter ma candidature au « parlement » d’Ecolo ?

Cette année, j’avais posé ma candidature pour les listes électorales Ecolo à la chambre.
Ma candidature a été refusée par le comité de liste pour diverses raisons dont l’une était que mon profil, vu mes expériences politiques antérieures, n’était pas “assez à gauche”. Cette remarque m’a interpellé.

En effet, mon avis est que l’Ecologie Politique n’est ni de gauche, ni de droite au regard de l’habituelle classification belge. Elle n’est de gauche qu’au niveau mondial !

En effet, l’Ecologie Politique est - pour moi - une manière de mettre en avant la solidarité au cube (ici et maintenant, dans le monde et avec les générations futures), en effet représentative de valeurs sociales, mais sans pour autant rejeter le courage, l’effort et l’esprit d’entreprise. Une ressource renouvelable ne devient utile au bien être commun que si quelqu'un a eu le courage d'apprendre comment la travailler et a fait les efforts pour la rendre utilisable.

l’Ecologie Politique propose de mettre en place une certaine autarcie là où la « gauche » met en avant comme solution la puissance de l’état et la « droite » pense que c’est le marché qui offre la meilleure alternative. Ecolo montre donc sa différence.

Je suis également persuadé que dans un monde aux ressources limitées, il est inapproprié de faire miroiter aux moins favorisés une capacité de surconsommation et de gaspillage pour tous (principe du Hard Discount), ce qui est un message typique du socialisme avec lequel je n’ai donc aucune affinité. Il faut faire comprendre à chacun comment mieux gérer et diminuer sa consommation propre puis faire payer très cher ceux qui - en connaissance de cause - désirent continuer à consommer plus que nécessaire, ce qui reste malgré tout leur droit démocratique.

Je pense également que l’entrepreneuriat vert ne doit pas être une petite touche dans une ligne directrice de communication mais qu’il doit prendre une place à part égale avec l’aide sociale: le premier représentant une partie de la solution qui renforcera le second.


Ecolo étant un parti hautement démocratique, je désire donc à travers ma candidature au poste de délégué au conseil de fédération :

- démontrer qu’il y a une place pour ce courant de pensée dans la régionale et au conseil de fédération,
- apporter mes compétences dans certains domaines au groupe de conseillers namurois,
- être un bon relais des idées namuroises vers le parti et des idées du parti vers les namurois.

Aucun commentaire: