19 juillet 2010

Mon premier voyage chez l’oncle Walt de Paris

Une première visite chez Walt Disney se doit de s’organiser avant que les enfants n’aient 7 ans. En effet, les Marketing Managers de la société américano-parisienne considèrent qu’après 6 ans, on ne peut plus bénéficier des mêmes avantages. Bizarre calcul mais expliqué par le fait qu'avant 7 ans, on n'accède pas à toutes les attractions…

La première fois, on peut se permettre une chambre dans un hôtel Disney à 10 minutes à pied des parcs.
Pour y aller, rien de tel que la voiture depuis la Belgique, puisque l’unique TGV en semaine n’arrive qu’en début d’après-midi, ce qui consomme une partie des « 3 jours ». Premier calcul inexact puisqu’à cause de la curiosité des nordistes sur l’autoroute à l’entrée de la France face à un accident de camion sur l’autre bande, nous perdîmes une bonne heure et n’arrivâmes de toute manière qu’après midi. Que dire du retour où les intempéries avaient rendu une partie des routes impraticables... Namur-Disneyland Paris, ce n'est pas encore facile d'accès :-)

Lors de l’enregistrement à l’hotel, le zèle de l’employée de la réception nous permit, pour un modeste supplément (il était réellement modeste par rapport à la somme totale) de bénéficier de nombreux avantages: déjeuner en VIP (pas obligé de choisir le quart d’heure pour le déjeuner du matin!) ou les fameux Fast-Pass, arnaques made in EuroDisney, puisque ces Fast-Pass ne sont réellement utiles en gros que si vous restez disponibles dans les environs de l’attraction une demi-heure avant votre heure d’accès rapide… ce qui n’est pas fort différent que de faire la file pour attendre directement à l’attraction. De plus, ces Fast-Pass ne sont pas cumulables avec l’autre avantage de loger dans un hotel Disney: l’accès 2 heures avant tout le monde… Sauf qu’ils oublient de signaler que pendant ces deux heures de « priorité », la plupart des sites ou attractions sont encore fermés!

En ce qui concerne l’hôtel, presque rien à redire: service impeccable, petite attention à l’arrivée dans la chambre ou à chaque repas dans son restaurant. Menu à volonté dans celui-ci avec des plats variés et très bons et des employés attentionnés. Seul détail: mettre que c’est un hôtel avec piscine et salle de sport me semble un peu surfait quand on sait que ce n’est ouvert qu’à partir de 15h… Moi, la salle de sport, cela m’intéresse avant le repas et la piscine, c’est quand le soleil est au zénith et que se promener dans le parc est « cuisant ».

En ce qui concerne le reste, je ne surprendrai personne en disant que les prix de la nourriture sont exorbitants dans les parcs (ou il est bien évidemment interdit d‘amener son pic-nic), que le marketing Disney est omniprésent, voire envahissant. Les files sont prévisibles et ne permettent pas de faire une grande partie des attractions possibles dans un temps correct.
Suite à cela, vous savez que si vous en avez les moyens et que vous n’arrivez pas toujours à tenir tête à vos petites têtes blondes, vous devrez revenir dans un futur plus ou moins lointain car les enfants auront l’eau à la bouche de « tout ce qu’ils auront raté » grâce aux émissions en boucle sur les chaînes internes de télé qui vous montrent tout ce qu’il faut faire au parc…

Je pourrais encore aborder d’autres points tels que les conditions de travail des jeunes sur le parc ou le garde armé d’une mitraillette que vous rencontrez parfois au détour d’une attraction mais ce serait cracher dans la soupe. C’est chouette pour les enfants et la majorité ne le fera pas plusieurs fois dans une vie donc, c’est vraiment un peu de bonheur pour les mioches (rencontrer des personnages Disney plus vrais que nature, cela ne se fait que là...) et quand on aime, on ne compte pas!

Sinon, une dernière remarque: ne pensez pas que le parc est fréquenté par des français pour choisir votre meilleure période: EuroDisney est une antichambre de l’Espagne avec un pôle hollandais et quelques nationalités exotiques qui se regroupent à l’appel de leurs drapeaux…

Aucun commentaire: