18 juin 2010

Ecolo et la chasse au chômeur à Matin Première

Ce matin, lors de l'émission de la RTBF « matin première », une auditrice, électrice écolo, se plaignait qu’Ecolo ne s’était pas assez positionné « à gauche » en campagne électorale, par exemple, par rapport à la « chasse au chômeurs »… Ca, cela m’énerve.

Ecolo s’est clairement positionné vis-à-vis de la « chasse aux chômeurs ».

En effet, Ecolo explique qu’il est inacceptable que l’on exclue du chômage des personnes qui font des efforts pour trouver du travail ou de se former dans ce but sous des prétextes fallacieux. Ecolo annonce qu’exclure les chômeurs n’est qu’une solution cosmétique car dans une société humaine où on ne laisse pas les gens crever sur le bord du chemin, cela ne fait que reporter le problème vers les CPAS.

D’un autre côté, Ecolo continue à défendre l’importance d’un accompagnement envers les chômeurs pour les aider à trouver de l’emploi, une amélioration de la mobilité des transports publics afin de leur permettre de chercher de l’emploi hors d’une zone économiquement sinistrée ou encore une augmentation de l'accès aux formations.

Par contre, Ecolo ne défend pas le fait qu’il faut laisser tranquille tous les chômeurs afin qu’ils puissent travailler au noir sur le côté pour augmenter leurs rentrées ; Ecolo ne défend pas le fait que l'on peut rester tranquillement chez soi sans chercher de travail ou de formation alors qu’il existe des domaines où la pénurie de main d’œuvre existe et où les filières vertes sont en plein essor, etc.

Là revient l’éternelle question de ce qu’est « la gauche ». Si la gauche, c’est Michel Daerden, je pense qu’il serait temps qu’Ecolo explique aux électeurs qu’ils ne mangent pas de ce pain là. Si la « gauche », c’est une solidarité intelligente et réfléchie, je pense que cette campagne a tout à fait été dans cette direction.

Mais je continue de toute manière à penser que la gauche et la droite, c’est dépassé… Ces notions ne veulent plus rien dire et il faut arrêter caricatures et simplismes. C’est sans doute électoralement porteur, mais cela nous entraîne droit dans le mur…

Aucun commentaire: