08 mai 2010

Un voyage en démocratie : premier poll sénat chez Ecolo…

Petit préalable : j’ai lu dans « le Soir » de ce matin que l’état major écologiste était en colère sur Ronny Balcaen pour avoir communiqué des informations via twitter (j’avais volontairement attendu son mouvement pour faire de même) car les AG délibèrent à huis clos. Ce petit post est donc quelque part également une « cassure » du huis clos. J’assumerai (bien que je n’aie rien à perdre, ce qui est plus facile) si c’est le cas mais je reste convaincu que pour réconcilier politique et citoyen et entretenir le feu entre Ecolo et les militants qui n’ont pas eu la chance de participer à cette AG, la transparence est un atout de premier plan ! D'autant plus que ce n'est jamais qu'une lecture personnelle de la réunion.

Arrivée vers 19h00. Premier inscrit namurois dès que les listes arrivent aux tables pour obtenir ses bulletins de vote. Un petit bonjour amical à la présidente du parlement et à d’autres anciens de mon époque fef qui ont un peu changé physiquement, mais visiblement pas dans leurs capacités et compétences.

Première découverte: la bière bio et les sandwiches à 1 euro! Un prix particulièrement démocratique. Dans les couloirs, un peu d’agitation. Je suis le mouvement. Ecolo est tellement démocratique en interne qu’il en est bien administratif. L’agitation venait d’un conseil de fédération avant l’AG. Salle pleine à craquer, je m’en retourne donc à la salle principale.

C’est donc l’occasion de lire les documents de préparation à l’assemblée. Le déroulement me semble bien compliqué mais très démocratique. Cela présage de beaucoup de débats et d’une longue réunion…

20h30. Les gens entrent en masse : le conseil de fédération s’est terminé avec 30 minutes de retard. L’auditoire est « bourré massacre », on dénombrera pas loin de 600 membres. Le retard est un grand classique, m’apprend-t-on.

L’AG commence par le discours des Coprésidents: campagne courte, dynamique même si les élections n’étaient pas demandées, ni par le citoyen, ni par une majorité de responsables politiques. Il faudra un message direct et des têtes de listes fortes.

20h45. Explication de la procédure électorale. C’est là qu’on voit que la démocratie interne a un prix, le prix du mal de tête devant la complexité de la procédure ;-)

21h. Présentation des candidats pour la tête de liste au sénat: José Darras et Jacky Morael. Ils se présentent et expliquent leurs motivations. Ensuite, prises de paroles de membres, élus ou responsables qui appuient l’une ou l’autre des candidatures. Pour être honnête, j’ai fait mon choix avant de venir et mon avis se confirme avec les débats…

21h40. Les jeux sont faits! Le dépouillement est en cours. J’ai ressenti un certain déchirement de plusieurs membres devant le choix à effectuer car ce sont deux figures de proue du mouvement.
Résultats: Jacky is back from hell. Moment émouvant pour l’assemblée et pour moi, ayant eu mes premiers contacts avec Ecolo via Jacky à l’époque fef. Même si la vie n’a pas été tendre avec lui, je pense qu’il est prêt pour un nouveau combat.

22h. 2eme place de la liste en jeu : une femme suivant le principe de la tirette. Plusieurs candidates: namuroise, picarde et germanophone….Entre solidarité namuroise et envie de mettre en avant une candidate qui n’est wallonne, ni flamande pour proposer un projet fédérateur, mon cœur balance…

Comme il faut faire un choix mais que le vote est secret, je ne dirai rien sur celui-ci.

Le résultat est satisfaisant pour Ecolo : ce sera un projet différent avec une germanophone sur la seconde place qui sort des urnes. Ce projet permettrait à Ecolo-Groen de présenter un groupe ayant des élus des trois régions belges ! Belle motivation dans le concert séparatiste actuel !

22h30. On passe à la première suppléance. Un candidat ressort des présentations (à mon humble avis) car ayant l’expérience du poste: Benoit Hellings. Pas de surprise, il s’impose.

23h10. C’est le tour de la deuxième suppléance. Trois femmes. Jeune, jolie, intelligente et éloquente, une conseillère politique monte à la tribune en premier lieu et marque des points. On peut supposer qu’elle est bien placée. Les deux suivantes s’expriment d’une belle manière, avec un style propre mais ce n’est pas à priori le fol enthousiasme de l’audience.

Entre chaque série de présentation et de votes, il faut remarquer que la salle ne se vide pas réellement malgré l’heure qui avance. Cela démontre un bel esprit de démocratie interne que l’on ne trouve sans doute nulle part dans d’autres parti(cratie)s où un homme seul (ou une femme décide de tout).

Pour être tout à fait honnête, la fatigue commence néanmoins à s’installer….

Comme la démocratie est un exercice difficile, il n’y a pas de choix décisif au premier tour malgré une petite avance de la conseillère politique. On est donc reparti pour un second tour.

23h50. Sans avoir les résultats du vote précédent, nous passons à la suite: le 3eme effectif. Ce poste est très important car ce sera un poste de combat qui pourrait amener un troisième siège au sénat. 7 candidats se présentent. Parmi eux, un namurois très compétent que j’ai connu à la fef qui défend ses valeurs. Face à lui, de brillants responsables d’Ecolo (dont un ancien président de Greenpeace Belgique) ou de « simples » militants qui s’offrent au choix des militants ainsi qu'un candidat très médiatisable qui aura une phrase malheureuse envers Ecolo lors de sa présentation. De nouveau, un choix de cœur ou un choix de raison doit s’opérer. Avoir une "star" sur ses listes, c’est l’assurance d’une notoriété reconnue et donc d’un nombre de voix utiles. Comme précédemment, mon vote restera secret.

23h55. Un troisième tour est nécessaire pour le second poste de suppléant. Les voix des perdantes de chaque tour s’étant visiblement toujours reportées contre la candidature de la conseillère politique, elle est donc battue et c’est la candidate luxembourgeoise Sylvie Navarre qui est élue. C’est aussi cela la démocratie: on peut être devant durant 2 tours et ne pas gagner à la fin. C’est sans doute mieux pour l’équilibre Bruxelles-province et je ne doute pas que la conseillère politique trouvera une autre voie pour servir Ecolo.

00h30. Ce vote pour le 3eme effectif sera mon dernier vote: la fatigue fait son œuvre… Aucun de mes deux favoris ne passe et c’est une finale que je n'avais pas prévue qui se présente. Jean-François Fauconnier, ancien président de Greenpeace en sortira vainqueur. J’ai voté pour tous les postes de combats au sénat. Mon rôle de membre est donc rempli. C’est avec le sentiment du devoir accompli que je m’en retournerai vers la maison.

01h00. Départ vers mes pénates. La démocratie interne, c’est long, c’est fatiguant mais c’est sain. En effet, je suis convaincu que dans un autre parti, les élus d’aujourd’hui n’auraient pas tous été à cette place. Cela démontre qu’entre tactique, copinage ou démocratie interne, Ecolo au niveau fédéral a choisi. Au niveau des arrondissements, on verra…

Aucun commentaire: