13 mai 2010

Soutenir Ecolo pendant la campagne électorale sans schizophrénie...

Comment un écolo centriste comme moi se positionne-t-il vis-à-vis de la campagne d'Ecolo?

Au sénat, pas de problème : la simple présence de Jacky Morael et de Claudia Niessen me suffit.

Un homme dont l’intelligence et l’ouverture d’esprit n’est plus à prouver, qui représente le courage et l’effort pour s’être relevé après ce qu’il a traversé et qui comprend pour la même raison très bien ce que peut-être la faiblesse humaine face à la maladie ou à l’accident et comment l’accompagner. Un homme représentatif d’une solidarité humaine (une gauche ni dogmatique ni clientéliste) que je peux suivre sans concession en tant que centriste.

Une femme qui portera par le simple fait d’être germanophone un projet d’ouverture vers les autres communautés. Avec son accueil de Groen pour créer un groupe au parlement, Ecolo a déjà démontré son ouverture vers les néerlandophones. Il le démontre donc également avec les germanophones !

A la chambre, plusieurs personnalités me permettent de suivre le mouvement.

La présence d’un Olivier Deleuze « opposé aux convergences de gauche » sur Bruxelles me satisfait, même si je ne suis pas directement impliqué vu la localisation. Sa phrase en réponse à un auditeur de la première ou il expliquait ne pas être dogmatique et que s’il n’y avait pas un grave problème avec les déchets nucléaires, cette énergie serait une bonne solution me confirme sur le fait que ses avis sont concrets, motivés et pas bornés.

Là où je suis directement concerné (bien que n’ayant pas été retenu), sur Namur, la liste possède assez de personnes intéressantes que pour me motiver.

Une tête de liste compétente et expérimentée qui a démontré ses capacités dans l’opposition à la chambre lors de cette législature. Modéré et ouvert au dialogue avec ceux qui ont le cœur à gauche mais le cerveau au centre, je n’ai pas de problème à soutenir Georges Gilkinet.

La seconde place est occupée par Laurence Lambert, ingénieur agronome de formation qui occupe le poste de chef de groupe au conseil provincial et y fait du bon travail.

Je suis moins convaincu sur le choix de la candidate d’ouverture, proche de la FGTB et revendiquant une opposition à la « chasse aux chômeurs ». Je reconnais qu’humainement, la personne semble attachante mais ce syndicat m'a toujours semblé trop négatif et la problématique citée me semble trop « touchy » pour être mise en avant. Quand on sait le besoin de personnes compétentes et qualifiées dans certains métiers « verts » (isolation intérieure et extérieure, construction écologique, toitures pour les panneaux solaires, chauffagiste basse énergie, etc.), j’ai des difficultés avec ceux qui utilisent l'excuse du manque de travail en Wallonie. L'accompagnement et la formation continue, oui; le laissez-faire, non... Mais elle n'est pas à une place « de combat »

En première suppléance, Hugues Doumont est une personne que j’apprécie et respecte. Grâce à ses compétences, son travail d’enseignant, métier le plus crucial de notre société, ses nombreuses heures passées dans le cabinet de Philippe Henry. Je le soutiens aussi parce qu’il est obligé de se farcir le Glaude Eerdekens dans sa commune et qu’il est par conséquent un bel exemple du fait qu’un accord avec le PS n’est jamais aisé et que vendre un « olivier » avant les élections est pour nombre d’écolos une manipulation purement électorale du MR.

En avant-dernière suppléance, les namurois s'octroient, avec Kristien Valette, la possibilité de placer une néerlandophone (flamande d’origine) qui a l’atout supplémentaire d'également représenter l’enseignement en immersion. Avec Kristien, on revient sur l’importance du dialogue avec les flamands, de l’apprentissage du néerlandais pour les wallons mais également une petite touche de ce qui fera les adultes de demain : un enseignement positif et bien balancé…

Je reste convaincu que la liste namuroise dans sa globalité manque d'ouverture au centre et reste trop connotée « à gauche » pour l'employé lambda. Il y a bien un entrepreneur mais il exerce dans le social, pas dans l'environnemental.
Je continue actuellement à penser qu'il y a plus d'électeurs ayant une fibre solidaire, durable et environnementale qui attendent une alternative centriste aux particratiques MR et CDH que d'électeurs fort à gauche prêts à quitter le PS ou le PTB pour aller vers Ecolo.
Je crains ce manque de prise de hauteur vis-à-vis du débat « gauche-droite », bien que convaincu des grandes qualités de tous les candidats.

Les élections nous démontreront si j'ai tort ou raison. Pour une fois, j'espère avoir tort pour le bien d'Ecolo, des importantes valeurs qu'il entraînerait au parlement et des idées de l'Ecologie Politique que je continue à penser au dessus de la mêlée et plus ouverte à une solidarité responsable que la caricature de gauche que l'on a en Belgique avec les autres partis qui s'en revendiquent.

Aucun commentaire: