02 mai 2010

Loin des yeux, loin du cœur…

Actuellement, qu’est-ce que qui intéresse les médias belges? Les élections belges…
De quoi parle-t-on tous les jours depuis une semaine ? BHV…
Est-ce normal ? Sans doute, on parle de ce qui « touche » les gens. Les citoyens en ayant marre d’un certain cirque politique et n’ayant pas envie de gâcher 1 heure un dimanche matin pour aller voter, ils se sentent touchés. D’un autre côté, c’est bien peu de voter une fois l’an pour conserver une certaine démocratie.
Je préférais même que l’on supprime l’obligation de vote pour avoir les représentants « que l’on mérite » mais qu’en échange, on demande l’avis des citoyens sur diverses choses via le referendum plusieurs fois par an.

Mais néanmoins, ne devrait-on pas aborder de manière un peu plus importante la catastrophe écologique en préparation aux États-Unis ? En espérant pour commencer que l'on ne découvrira pas qu'elle est due à un choix visant à faire des économies n’ayant pas permis de mettre en place un système de sécurité performant.
Cette catastrophe va avoir au minimum un triple impact.

Triple impact?
- En effet, non seulement, il y aura l’évident impact écologique car les oiseaux, animaux marins et autres crustacés vont mourir dans les nappes collantes.
- En plus, il y aura un important impact économique car les pêcheurs, éleveurs et autres personnes dépendant du tourisme dans les belles régions côtières locales vont en prendre plein la figure.
- Enfin, on peut craindre que comme partout, la dégradation des conditions de vie d’une partie importante de la population locale va entraîner de la délinquance, de l’insécurité voire de la migration.

Par-dessus tout, on sait que ce pétrole brut, bien que nécessaire à notre mode de vie actuel, est fortement polluant mais surtout qu’il est en fin de vie à l’échelle de la planète. Ses stocks ne sont pas renouvelables et il est grand temps de chercher des alternatives valables pour une partie de ce qui est produit au départ des hydrocarbures. Ce n'est pas parce que l'on est dans une crise économique et communautaire belge qu'il faut oublier le long terme...

Ce type de sujet entraine un débat qui a un impact sur toute la planète, sur toutes les économies, sur toutes les populations. Nous serons tous touchés un jour ou l’autre directement ou indirectement. Les médias ne devraient-ils pas continuer à mettre en avant l’importance de ce point (avec celui de l'économie planétaire qui manque de contrôles) plutôt que de focaliser sur un sujet qui finalement, n’intéresse réellement que 250.000 francophones dont une partie est de plus sans doute d’accord de parler le néerlandais?

Les vrais enjeux, les vrais problèmes d'abord… Mais bon, c’est tellement plus facile d’aborder ce qui est facile, proche et polémique à souhait !

Aucun commentaire: