05 mai 2010

Je ne serai pas candidat sur une liste Ecolo namuroise…

La démocratie a cela de bien que même si l’on est convaincu d’avoir raison, ce n’est pas pour cela que la majorité est d’accord. Comme je suis démocrate, j’accepte ses décisions.

Je m’étais en effet proposé comme candidat à un poste de soutien namurois à la chambre (et au sénat de manière moins réaliste, vu le grand nombre d'appelés sur toute la communauté francophone) chez Ecolo.

Mon idée était de mettre en avant mon parcours de girouette politique namuroise durant l‘époque des « convergences de gauche » entre Ecolo et PS envers les électeurs qui pensent que l’écologie, le développement durable, la solidarité entre les peuples et l’éthique peuvent passer outre les clivages usités « gauche-droite » et montrer par l'exemple qu'il était possible d'être écolo et peu enclin à une alliance avec une gauche PS « mode clientéliste » mais accepter le débat avec le libéralisme social ou démocrate.
Girouette, car je reconnais en effet avoir été successivement sur Namur: libéral social il y a 7 ans, démocrate humaniste il y 4 ans et libéral démocrate il y a 2 ans, ne trouvant à chaque fois que des partis insuffisamment démocratiques en interne ou ne tenant pas leurs engagements une fois au pouvoir.
Cette personne, centriste et libre penseur se trouvera sans doute sur les listes - il en existe chez Ecolo, j'en connais - mais ce ne sera pas moi.

Je pense qu'un grand risque pour l'avenir d'Ecolo serait que l’Ecologie Politique se coupe des déçus de l’alliance « Olivier », des entrepreneurs « verts », des électeurs en simple recherche d'éthique en politique, voire de l'écologie libérale.

Lors de ma cordiale discussion succédant cette décision acceptée, une remarque m’a néanmoins interpellée: la différence entre la tendance égalitaire mode « Ecolo » et la tendance d’équité que je donne l'impression de représenter.
Il semblerait donc qu'une des composantes (parmi d'autres) de l'impossibilité à pouvoir me placer sur une liste namuroise soit que je ne colle pas au projet visant à montrer « qu'une autre gauche est possible ». Je le comprends et je l'accepte mais sur le fond, cela m'interpelle.

Je suis en effet à 100% pour l’égalité de chance, l’égalité de traitement, la justice, la solidarité avec les plus fragiles, les plus démunis, la solidarité au cube et autres principes que je pense trouver dans l'Ecologie Politique. C’est-ce que je pense être une définition de l’équité mais pas de la « gauche ».
Il est vrai que j’ai un problème avec l’égalité bête et méchante qui ferait que le courage, le travail ou l’effort ne puissent être « valorisés » d’une manière ou d’une autre voire qu'on ne puisse reconnaître qu'à la naissance, parce que chaque être humain est unique, tous ne pourront pas avoir les mêmes parcours, n'ayant pas les mêmes capacités dans un domaine défini.
C'est à la limite d'un débat philosophique.

Il m'a été promis que l'on en rediscutera en interne dans des périodes moins « troublées ». Je suis demandeur car il ne faut pas abandonner ses valeurs pour des raisons électives, que ce soit d'un côté ou de l'autre et transparence et clarification sont les meilleurs amis d'une politique éthique…
A suivre, donc...

Et en attendant, je serai derrière les candidats qui me sembleront le mieux défendre « ma » vision d'une Ecologie Politique sur les listes Ecolo!

Aucun commentaire: