03 mars 2010

Le problème de certaines familles défavorisées: très important, mais avec des nuances

J’ai entendu ce matin une réflexion qui m’a fait frémir et qui me fait réagir ici à chaud. Un reportage sur les femmes qui ont des difficultés à « nouer les deux bouts » et qui avaient besoin, en plus du chômage, de l’aide du CPAS.
Ce reportage se terminait par l’interview d’une brave mère de famille. La conclusion de cette dame - dont je ne remets absolument pas en question les besoins de base ni le fait que la collectivité doit faire le plus possible afin de permettre de « bien » vivre – était qu’au niveau des loisirs, il était impossible de vivre avec ce qu’on lui donnait : elle n’était plus partie en vacances depuis longtemps et ne pouvait pas satisfaire sa petite fille de 4 ans qui voyait la publicité à la télé des « princesses on ice » avec simplement des promenades ou des balades en forêt…

Voilà, on y est : le gauchisme consumériste en plein ! Non, madame, il n’est pas anormal que votre petite fille de 4 ans n’ait pas accès au « princesses on ice » à Forest National. Mes filles aussi aimeraient bien aller voir ces activités mais ce ne sera pas le cas, et pourtant, je ne dépend ni du chômage, ni du cpas et gagne bien ma vie.
Par contre, il faut pouvoir apprendre à ses enfants que tout ne leur est pas dû et que tout ce qui se voit à la télé n’est pas directement à prendre. Le règne de l’enfant-roi n’est pas la solution à tout !
Une promenade en forêt avec les enfants à la place ? J’en rêverais, mais faute de temps libre, c’est assez difficile.
Des vacances ? C’est un choix de priorités ! Je ne pars pas non plus souvent en vacances, simplement parce qu’il y a des travaux d’isolation onéreux à mettre en place à la maison avant…

Je ne pourrai jamais accepter cette gauche qui se positionne dans la logique « les plus défavorisés ont autant le droit de surconsommer et de dysfonctionner que les autres ». La logique est plutôt qu’il faut apprendre l’économie et la modération aux plus favorisés. C’est bien dans cette optique que je reste convaincu que la gauche socialiste n’a rien à voir avec l’écologie politique…

Aucun commentaire: