28 mars 2010

La théorie du complot, méthode de la droite décomplexée?

Ma formation d’ingénieur m’a appris qu’il est inutile de réinventer la roue lorsqu’elle existe déjà. Il est plus simple de la réutiliser. Ayant trouvé un édito de B. Delvaux dans « le soir » qui correspondait fortement à mon idée sur l’affaire Modrikamen, je me permets de le remettre tel quel ici en citant l’auteur :

M . Modrikamen des preuves, SVP !
BEATRICE DELVAUX - samedi 27 mars 2010

Mischaël Modrikamen est présumé innocent. Mais la théorie du complot proférée par l'avocat accuse sans preuve justice et la politique. Une pratique coupable. Par Béatrice Delvaux
Commençons par le début.

Primo, la présomption d'innocence est d'application et vaut totalement pour Mischaël Modrikamen, aujourd'hui inculpé pour faux, usage de faux et complicité de blanchiment.

Secundo, l'homme a apporté à l'espace francophone le projet d'un parti d'une vraie droite décomplexée dont il n'était pas pourvu.

Tertio, ceux qui feraient le calcul qu'une petite inculpation de derrière les fagots aurait tout pour arrêter la marche en avant de « l'avocat qui dérange », devraient se méfier. Pas prouvé en effet qu'une fois inculpé, son message ne passe plus. Par contre, quasi garanti qu'innocenté, son inculpation se transforme en tremplin électoral.

Cela posé, l'odeur qui se respire depuis trois jours dans la foulée de la thèse du complot proférée par M. Modrikamen, est nauséabonde. Voir justice et politique – les deux clés de voûte de l'Etat – jetées en pâture, discréditées, accusées d'être associées dans un complot contre la démocratie, le tout sur la base d'insinuations, de supputations, de soupçons est, comment dire ?, extrêmement dérangeant. Accuser sans preuve, en soi, est une pratique coupable. Pour un avocat, c'est une faute capitale.

Cette nouvelle droite émergerait donc avec tout ce qui, hélas, souvent l'accompagne : harangue, surenchère, imprécation, insinuation. Le tout, sans programme ni bataillon.

Un conseil pour la prochaine apparition de M. Modrikamen devant les médias ? Elle devrait se faire :
– à titre d'homme politique, avec des troupes et un projet pour la société belge autre que la dénonciation de ses dysfonctionnements.
– à titre d'inculpé, avec les preuves irréfutables de ce fameux complot politique-justice dont il se dit la victime.

La théorie de l'inculpé et du complot ? C'est en général, l'outil favori de Berlusconi. L'accusation du politique et de la justice sans preuve ? Cela relève le plus souvent des techniques qu'affectionne la droite de l'extrême.
M. Modrikamen a encore tout à faire pour positionner son mouvement sur l'échiquier politique. Et il doit faire très attention : aux échecs, les mauvaises entrées sont annonciatrices de défaites...

Aucun commentaire: