16 janvier 2010

Pourquoi je pense qu’une droite « décomplexée » n’aura jamais aucune chance en Wallonie

Les wallons ont souffert par le passé. A de rares exceptions près, « le wallon » a des racines et de la famille dans des régions moins favorisées. Que ce soit via l’immigration, ou via des régions telles que Charleroi, Mons ou Liège. Même si le wallon, à l’aide de ses capacités ou de son courage, voire des deux, a bien réussi dans la vie, il garde au tréfonds de lui-même cette empathie et cette solidarité qui ressort à chaque fois que les médias viennent lui demander son aide en le mettant face à la misère du monde. Et cela même s’il n’est pas prêt, par raison logique, à accueillir toute la misère du monde, il est prêt à aider.

Les wallons sont actuellement tous des haïtiens. Cela ne durera pas, comme à chaque fois, car l’être humain a peu de mémoire, et dès que les problèmes ne seront plus au devant de l’actualité et qu’il retournera à son « train-train quotidien », il oubliera la tragédie. Comme il a oublié le Tsunami, comme il a oublié les enfants d’Afrique en général et les éthiopiens en particulier, etc…

Mais si en Wallonie, du MR au PS en passant par Ecolo et le cdH, on considère qu’aucun parti n’est vraiment de droite, c’est parce que ces partis sont composés de personnes comme décrites ci-dessus et qui sont touchées par les événements qui viennent de se produire. Tous se sentent solidaires et veulent aider. N’en déplaise à Monsieur Di Rupo, le vrai libéralisme est foncièrement solidaire et n’est pas égoïste comme il veut le faire croire ; l’écologie politique est à la base de la solidarité au cube avec les pays plus pauvres ; les humanistes pensent aux hommes qui souffrent et les socialistes qui n’ont pas oublié leurs valeurs au profit de leurs avantages personnels ne peuvent qu’être touchés par une telle souffrance.

Que devrait faire un parti de droite « décomplexée » devant ces événements ? Revendiquer le fait que l’argent public ne peut être donné à de tels pays si cela ne relance pas l’économie, expliquer qu’il y a assez de pauvreté en Belgique pour s’occuper des pauvres là-bas, etc.
Un parti de droite « décomplexée » devrait se prononcer en égoïste, car la droite décomplexée est capitaliste et aider les pauvres dans le tiers-monde n’a jamais fait monter les actions.
Que ferait un parti de droite populiste ? Il suivrait le mouvement, à l’opposé de ses « valeurs » car il sait que cela attirerait la sympathie du grand public… Je me demande comment va se positionner le nouveau parti de droite « décomplexée ».

En tous les cas, moi je sais, en tant que wallon qui sait d’où viennent les racines de « son peuple », ce qu’il faut faire : j’ai fait mon versement pour Haiti au 000-0000012-12 et je vous invite à faire de même!

Aucun commentaire: