08 novembre 2009

Yanina et les flamands « inflexibles »

Il y a de cela plus de 6 ans, alors que je faisais encore de la politique locale chaque jour, on m’avait posé une question visant à connaître mon positionnement vis-à-vis des règles et des lois, vu que je me positionnais comme un « légaliste » : « Tu es dans un désert. En suivant la grand route, tu arrives à hauteur d’un feu qui passe au rouge puis qui y reste, alors qu’à gauche ou à droite, la visibilité est très bonne et que rien n’arrive. Vas-tu brûler le feu rouge ou attendre le temps qu’il faut afin qu’il passe au vert? »
A l’époque, ma réponse était l'attente. Je pensais qu’il fallait respecter la loi, quoi qu’il arrive. Depuis, j’ai évolué. Je me suis trouvé dans des situations où le bon sens voulait que l’on mette en avant l’esprit d’une règle plutôt que sa lettre.
Mon avis est donc maintenant moins tranché. Lorsqu’un jour de cette année, un policier bruxellois zélé m’a enguirlandé parce qu’en tant que piéton, j’avais justement traversé au rouge sur un passage pour piéton alors qu’aucune voiture n’arrivait ni à droite ni à gauche, je n’ai pas discuté parce que je savais qu’avec certains d’entre eux, il est difficile de négocier. Pourtant, le bon sens veut qu’un feu rouge n’ait d’intérêt que pour régler la circulation et que s’il n’y en a point, il perde en utilité. Un feu rouge n’a en effet aucune existence propre….
Pourquoi ce préambule ? Parce qu’il y a de cela quelques années, je me disais que les flamands avaient raison dans leur demande de « tolérance zéro » dans tous les domaines. Depuis lors, je continue à penser que le fil rouge, la règle d’or et le principe de base doivent être la tolérance zéro, voire le principe de précaution mais je pense aussi que le bon sens, l’intelligence et la réflexion doivent amener des exceptions au cas par cas.
Dans le cas qui nous occupe, celui de Yanina Wickmayer (car le cas Xavier Malisse est un peu différent), le problème n’est pas la règle (qui est sans doute trop stricte), mais bien le fait qu’il y ait sans doute un manque de réflexion dans le chef de celui qui a décidé d’appliquer la loi sans flexibilité.
Est-ce que le fait que le staff qui s’occupe de remplir des documents administratifs pour une jeune championne de tennis (qui n’est peut-être pas une « pro » de l’Internet) ait fait 3 erreurs ou 3 oublis afin de signaler où elle se situait dans ses déplacements peut mériter 1 an de suspension ? Je ne pense pas. Un avertissement, afin de lui « faire peur » ou de lui « faire comprendre » qu’on ne rigole pas avec ces règlements était plus intelligent, plus utile et plus logique.
Malheureusement, elle est tombée sur un fan de « la loi, c’est la loi » qui préfère la lettre à l’esprit.
Je crains que cette mentalité soit de plus en plus courante en flandre. C’est ce que l'on explique souvent à travers la différence entre les esprits nordiques – et Dieu/Allah/Yavé sait que j’aime les mentalités scandinaves – et les esprits latins – et Dieu/Allah/Yavé sait que j’exècre le « je-m’en-foutisme » du sud.
Maintenant, avoir une ligne de conduite nordique n’empêche pas de faire fonctionner son cerveau… Et c’est peut-être ce qui manque à certains fonctionnaires flamands, nourris à la haine et à l’intolérance de leurs dirigeants depuis ces dernières années…. Le mal se répand, mais personne ne semble pouvoir le freiner et si certains flamands osent même dire qu'ils ne sont plus fiers de l'être, c'est qu'on atteint des sommets!

Aucun commentaire: