11 novembre 2009

« Le week-end, c’est pour rencontrer ses électeurs… »

C’est ainsi que le vieux sage VLD Herman De Croo expliquait lors du dernier « 7eme jour » de la RTBF pourquoi il pensait que la nouvelle génération d’hommes politiques n’était plus assez engagée.
Il signalait ainsi que « de son temps », les hommes politiques travaillaient à leurs tâches la semaine et utilisaient le week-end pour rencontrer les électeurs. Ainsi, ils n’avaient pas le temps d’avoir une vie privée ou des loisirs. C’était la rançon du travail, mais c’était normal pour lui.

Je pense que Monsieur De Croo est un grand homme d’état mais qu’il n’a pas compris l’évolution de la société occidentale en ce qui concerne le monde des services et la rentabilité du travail.
En effet, si l’on regarde en détail les bases de la réflexion à partir desquelles il dénigre les « nouveaux hommes politiques » qui agiraient avec des horaires de fonctionnaires, on trouve bien vite deux failles importantes :

1. Un homme politique est bon s’il travaille 15 heures par jour ?
Je ne reviendrai pas ici sur ma vision de la rentabilité du travail abordée il y a peu pour rappeler que ce n’est pas parce que l’on travaille beaucoup que l’on travaille bien, mais j’utiliserai simplement le principe qu’un politicien qui travaille 15 heures par jour doit le faire parce qu’il cumule de nombreux mandats (rémunérés ou pas), afin d’établir un réseau d’obligés et de pouvoir qu’il utilisera pour sa carrière.
La solution pour ne travailler que 8h par jour est alors simple: arrêter de cumuler des mandats et donner l’accès à plus de monde aux divers mandats, ce qui diluera le pouvoir dans plusieurs mains (plus de démocratie). Je ne pense donc pas que cet argument soit valable.

2. Un homme politique est bon s’il passe son temps libre avec ses électeurs ?
Le point de départ de cette réflexion est déjà biaisé : ce serait supposer que les meetings du week-end, les boudins compotes et autres activités politiques du week-end attireraient les « électeurs ». Nos responsables politiques sont sans doute un peu éloignés de la réalité, s’ils croient vraiment que dans la « foule » présente à ces activités, il y a autre chose que des militants, des obligés ou quelques passionnés.
L’électeur moyen ne passe pas son week-end à s’occuper de politique. Il fait ses courses, s’occupe en famille, va aux spectacles, travaille dans son jardin, s’occupe de son logement, etc. Même si l’homme politique passe une partie de son temps sur « les marchés », il ne rencontrera jamais que ceux qui ont le temps de faire leurs courses sur ceux-ci.
En fait, je pense qu’il est plus utile, afin de ne pas se sentir éloigné de la vie réelle et d’ainsi rester « proche » de ses électeurs, de simplement vivre une vie « réelle » le week-end et durant ses loisirs. C’est une meilleure manière de garder un contact avec la vie réelle plutôt que de venir revendiquer un mandat communal dans ce but.

En conclusion, je pense qu’une équipe de plusieurs personnes politiques bien organisée n’a vraiment pas besoin de passer tout son temps à faire de la politique. Bien évidemment, cela rapporte sans doute moins d’argent, mais cela leur permettra peut-être d’avoir un autre rapport à l’argent qui fait que souvent, on découvre des comportements peu éthiques de certains élus afin de gagner un maximum…
Non, être un responsable politique performant ne doit pas se faire au dépend de la vie privée. Bien au contraire, si plus d’élus étaient avant tout des hommes et des femmes de qualité et ayant des compétences spécifiques mais ayant une vie « comme tout le monde », la classe politique serait moins éloignée de ce terrain qu’ils disent tellement chérir…

Aucun commentaire: