10 octobre 2009

Le cdH s’en va en terre sainte…

Je m’étonne ce jour que les ministres cdH s’en aillent assister à la béatification du père Damien. Ce n’est pas leur nombre (2 cdH : Joëlle Milquet et Melchior Wathelet contre 5 CD&V : Stefaan De Clerck, Peter Vanackere, Pieter De Crem, Herman Van Rompuy et Yves Leterme) ou ce que cela va coûter à l’état en ces périodes de disette et d’économies qui me pose problème. Bien évidemment, j’aurais préféré que tous les ministres, à l’exception de ceux qui sont nécessaires pour le protocole, se déplacent en leur nom propre (et à leurs frais) en tant que citoyens simplement parce qu’ils sont catholiques et veulent participer à cet évènement important pour les croyants mais je peux encore passer là-dessus.

Mon problème vient par contre du fait que ce parti ne cesse de dire depuis qu’il a changé de nom que les préceptes religieux ne sont plus un pilier de base. Ainsi, ils espèrent attirer à eux les votes d’électeurs laïques qui jamais ne voteraient pour un parti religieux.

Et depuis ce changement de nom, le cdH a beau dire qu’il n’a plus rien à voir avec son « grand frère flamand » le CD&V, il n’a jamais cessé de s’y associer. Le cdH a beau dire qu’il est dans le groupement des partis européens catholiques et conservateurs parce qu’il n’y a aucun autre parti européen qui leur correspond, ils n’ont jamais vraiment cherché. En effet, en tant que centristes, pourquoi ne s’attachent-ils pas au parti démocrate européen qui est le seul mouvement centriste européen?

Mon problème est donc que le cdH, quoi qu’il en dise, cela reste le PSC avec un autre nom mais qu’il refuse de le reconnaître. Ce n’est pas un problème en soi d’être un parti à majorité catholique dont les décisions sont dictées par des préceptes religieux mais il faut avoir le courage de le reconnaître pour ne tromper personne par un « marketing » électoral.
Bien évidemment, dans un pays où la séparation de l'Eglise et de l'Etat est garantie par la Constitution et la loi, on risque des remous en se revendiquant d’un croyance mais ce n’est pas une raison pour « tromper » l’électeur.

Mais comme on dit, il y a des choses plus graves et c'est finalement sur ses actes au jour le jour qu'il faut juger un parti….

Aucun commentaire: