03 août 2009

Une discussion de socialiste à non socialiste

Je retransmets ici un débat que j'ai eu par mail (avec de nombreuses personnalités socialistes en copie, d'où le fait que je pense pouvoir en faire "la publicité" en toute transparence) avec Vincent Massaux, très bon journaliste "de gauche", qui défend ses idées avec entrain. Je ne suis pas toujours d'accord avec lui, mais force est de constater que les débats sont toujours intéressants et ouverts!



Message de départ (réponse de Vincent à un débat entre militants socialistes):
(...)
Un travail de citoyen, un travail de militant, pourquoi pas? mais, je pense que, pour cela, il faut s'apercevoir que nos outils sont obsolètes, que notre carnet d'adresses commence à dater et que l'on peut défendre des idéaux de gauche tout en s'inspirant d'outils ou de méthodes de droite ou d'ailleurs. Dans la Belgique de 2009, je vois beaucoup de pognon, beaucoup d'intolérance, un fossé de plus en plus grand non plus entre les riches et les pauvres mais entre une classe moyenne qui tend à disparaître et une classe richissime qui refuse de perdre ses privilèges.

Cela signifie, plus qu'avant, que nous avons impérativement besoin de la gauche. Cependant, l'avoir menée au pouvoir ne suffit pas. Il faut aujourd'hui construire ou reconstruire des outils durables comme le tissu associatif, la présence (soit en propre soit en lobying) des idées de gauche dans les médias, la réunion des forces vives quelles que soient leurs domaines d'action (syndicat, mutuelle, parti politique, groupement associatif, ...).

Ensuite, il nous faudra encore nous départir d'un certain sectarisme pour apprendre à collaborer avec d'autres en se rappelant que nous n'avons plus ou nous n'avons pas le monopole des idées de gauche (même si nous en détenons la meilleure interprétation).

En gros, quand on regarde de l'autre côté, tout cela, les bleus l'ont déjà compris. On a gagné, on est dans le gouvernement, on est content. Mais, rappelons-nous qu'il s'en est fallu d'un cheveux. Pourquoi avons-nous laisser croire à l'opinion publique qu'Ecolo avait gagné? Depuis quand le troisième du Tour de France remporte le maillot jaune sous prétexte qu'il a gagné une place par rapport à l'an dernier? Depuis que le PS est absent des médias. D'autres diront depuis que le PS ne s'est plus remis en question... A vous de voir ...

Bien à vous,

Vincent



Ma réponse:

Bonjour à tous,

Je me permets une réaction car, bien que n'étant pas socialiste, j'ai été associé à votre discussion et je la vois glisser vers de l'amnésie dans la dernière réaction de Vincent.

En effet, pourquoi avoir laisser croire qu'Ecolo avait gagné à l'opinion publique? Parce que c'est la réalité, d'après moi.
En effet, le troisième au tour de France remporte le maillot jaune alors qu'il n'a fini que troisième depuis que les deux premiers sont convaincus de dopage :-).

En effet, aussi bien PS que MR gagnent des voix et des députés dans certaines régions, non pas sur leurs valeurs, mais bien sur des artifices que l'on peut considérer comme du dopage politique.

Le clientélisme (soit la solidarité basée sur du copinage et pas sur des décisions objectivées) reconnu en télévision (Questions à la une) et prôné par Michel Daerden lui rapporte des milliers de voix, mais est-ce une valeur socialiste?
La diabolisation de l'autre idéologie en campagne électorale, utilisée par les présidents des deux grands partis n'est basée sur aucun fait sur le terrain, car ils se partagent le pouvoir où les décisions sont imposées par l'Europe depuis des lustres en n'y trouvant un problème justement qu'à ces périodes pré-électorales.
La particratie (soit le détournement du pouvoir parlementaire par des blocs “majorité contre opposition” dont les choix sont définis par les présidents) est la règle alors qu'en campagne, chaque homme politique se vante de défendre des valeurs propres à son électorat et qu'il remettra “dans sa poche” dès que l'exercice de pouvoir aura commencé.
Il y a encore bien d'autres exemples.

Pour moi, Ecolo a gagné les élections parce qu'il l'a fait “à l'eau claire” là où les autres trichent depuis longtemps en mentant à l'électorat par omission et en utilisant des leviers de pouvoir comme les syndicats et les mutuelles dont Ecolo ne bénéficie pas.

Maintenant, il restera à voir s'il sera capable de continuer ainsi en étant associé au pouvoir... et c'est là que sera le plus grand risque de votre Olivier: continuer dans les scandales d'abus de position dominante pour ouvrir une voie royale à la seule opposition qui reste encore en Wallonie..

Si vous ne faites pas un vrai travail de chasse aux profiteurs, la vrai droite finira par venir au pouvoir et le résultat sera sans doute bien pire pour l'électeur socialiste moyen qu'avoir le courage de se passer maintenant d'élus qui apportent certes des voix mais corrompent le message!

Bien cordialement,

Régis



Sa réponse:

Amnésie pour amnésie, je trouve un peu fort de présenter Ecolo comme une formation qui lave plus blanc que blanc quand Jean-Michel Javaux n'a pas été suspecté ni inculpé mais condamné par ce qu'il ne voulait pas payer des indemnités de préavis à des travailleurs (bel exemple d'un respect de valeur de gauche), Evelyne Uitebroeck qui utilise de l'argent publique pour financer sa campagne électorale ne fait pas mieux.

Pour reprendre la comparaison sportive, pour qu'un coureur soit évincé d'une compétition pour cause de dopage, il faut d'abord qu'il en soit convaincu. Dans toutes les affaires que certains citoyens et certains médias citent pour justifie, selon eux, une mise hors jeu du parti socialiste, combien donne lieu aujourd'hui à un procès? Combien de ces procès aboutissent à des condamnation effective? Pour justifier à tout prix le propos, doit-on vraiment mettre ou remettre en cause le principe de séparation des pouvoirs tout en rappelant que ce ne sont pas les socialistes qui ont pris contact avec un magistrat pour essayer d'influencer une décision de justice dans l'affaire Fortis?

Dans le même temps, quand on critique une politique, on en engrange pas les avantages. Dans le voyage en Californie, n'y avait-il pas des parlementaires Ecolo? Que faisaient-ils là? Et de manière plus profonde, si les moeurs du PS sont à ce point détestables, deux questions se posent:
1. Pourquoi, alors que rien ne les y obligeaient, Ecolo et CDH se sont alliés à ce PS ?
2. La majorité des Wallons qui ont voté pour le PS est-elle vraiment constituée d'imbéciles? Si c'est le cas, je te laisse l'entière responsabilité de tes propos.

Quant à une réelle chasse à la mauvaise gouvernance, elle doit se faire à tous les niveaux et dans tous les partis. je crois que le PS a pris sa part de responsabilités en démissionnant tous ceux qui sont convaincus d'avoir fauté. Est-ce le cas au MR avec Reyders, convaincu d'avoir contacter un magistrat dans le but de faire pression sur sa décision, avec Chastel, convaincu d'avoir verser 120.000 € de subsides à une ASBL fictive dirigée par son propre frère (ou demi-frère)? Est-ce le cas chez Ecolo avec Javaux condamné? Le PS est aussi la seule formation à avoir commencé le décumule des mandats. à Namur, Maxime Prévot, Jacques Etienne, Anne Barzin n'en sont pas encore là. Quand Anselme est devenu bourgmestre, il a démissionné de tous ses autres mandats politiques.



Ma réponse:

Juste une dernière réponse ne visant pas à entrer dans un dialogue de sourds vu que de nombreuses personnes sont en copie et peut-être pas intéressées par ce débat.

Petite remarque préalable: si tu mets en avant que tu aspires à un retour du "lobying de gauche dans les médias", on risque de ne pas croire qu'il est possible de discuter "factuel" et "en toute objectivité" avec toi... ;-)

Néanmoins, pour ne pas laisser d'ambiguïtés:
- je parlais de principes, pas de personnes (le cas de "papa" est exemplatif d'un comportement, c'est aussi le principe que je dénonce).
- je ne dis pas qu'Ecolo n'a pas un squelette dans son tiroir, je dis juste qu'au niveau statutaire, ils sont plus aptes à respecter "une certaine éthique" en politique.
- je mets en effet le MR et le Cdh dans le même sac que le PS au niveau comportements, puisqu'ils sont aussi issus de la particratie et ont aussi des "obligés" partout.
- s'il y avait plus de sportifs mis à l'écart suite à de "fortes présomptions" plus qu'a posteriori après jugement, on aurait peut-être un peu plus de justice dans le sport.
Pour remarque, ce sont les nantis qui peuvent se payer le dopant, pas le petit sportif de village. Il serait donc plus "social" d'essayer d'établir des règles plus strictes que la seule loi. En effet, on ne peut prendre un dopé que sur base d'un contrôle après la course mais le mal est fait car la course a eu lieu et le petit coureur non dopé n'y a pas été invité...
- Il n'y avait pas d'Ecolo en Californie.
- Il se dit qu'Ecolo et le Cdh se sont alliés avec le PS car mathématiquement indispensable pour faire des réformes de règlement (2/3) au parlement wallon + menaces de la FGTB de descendre dans la rue si PS dans opposition et en période de crise, on sait ce que cela peut donner...
- je pense (avis personnel non étayé par des statistiques) que la majorité des électeurs PS votent PS parce qu'ils pensent que toute alternative sera pire (MR= les riches, CDH= les cathos, Ecolo= les taxes). Rien à voir avec de l'imbécilité: un simple manque d'intérêt envers la "chose publique".

Pour finir, je ne relèverai pas la remarque humoristique sur le décumul des mandats démarrée en priorité par le PS (alors qu'ils sont statutairement interdits chez Ecolo en comparaison) quand le président dit qu'il va montrer l'exemple pendant la campagne mais après la campagne (et les négociations qu'il a dirigées) précise que ce sera... quand on l'y obligera par la loi, soit en 2014 ;-)

Pour ne pas polluer plus en avant toutes les personnes dans cette liste de messages, si tu veux discuter plus en avant, on peut le faire en message direct :-)

Cordialement,

Régis



Sa réponse:

Cher Régis,

Je t'aime bien mais je te trouves très naïf. En ce qui concerne les médias, ils font fait par des hommes faillibles et donc influençables. Comme journaliste, l'idée qu'on cherche à m'influencer m'est insupportable mais c'est une réalité. Dans le même temps, quend ceux d'en-face y vont à la mitrailleuse lourde, il n'est pas très sérieux d'en rester au lance-pierres. Analysons les choses: le groupe RTL, la DH et Radio Ciel sont aux mains du MR, Vers l'Avenir, la Libre Belgique et Radio Nostalgie sont aux mains du CDH. Que reste-t-il? le groupe Rossel (Sud Presse, Le Soir et Vlan) partagé entre MR et socialo, les télés locales trop peu regardées et la RTBF dont les Conseils d'Administration varient en fonction des résultats des élections. Cela fait peu de place pour les verts et les rouges et beaucoup pour les autres.

Aucun parti démocratique n'a jamais érigé officiellement en principe des comportements aussi réprouvables que le clientèlisme.

Quant à mettre MR, CDH et PS dans le même sac de la particratie:
1. Quand, comme le PS, on est aux affaires depuis très longtemps, on risque d'avoir un peu plus de casseroles qu'Ecolo par exemple.
2. Sans être CDH, je reconnais que ce parti est beaucoup plus propre que le MR ou le PS (parce que plus jeune). Le PSC, lui, n'était pas un prix de vertu.

Ton affaire de petit coureur: petit comique ...
Crois-tu qu'on trouve des petits coureurs ou des petites équipes au Tour de France? Moi, je crois que, au départ, chaque jeune a sa chance. On repère les meilleurs qu'on forme, entraîne et dope le cas échéant. De là à penser que ce sont les coureurs eux-mêmes qui payent leurs produits dopants, je ne le pense pas. Ta vision des choses revient à penser que, en F1, certains alignent un moteur de 2CV...

Quant au reste de ton message, il n'est pas glorieux ni pour Ecolo ni pour l'électeur du PS mais je te laisse juge de tes écrits ...



Ma conclusion:

Pour clôturer, si quelque chose dans mon message peut sembler "peu glorieux", je m'en excuse auprès des personnes qui se sentiraient visées mais pour le reste, quand on voit ceci:
Daerden sollicite Donfut comme expert

Il y a quand même de quoi se poser des questions...




En résumé, tout est question de point de vue et rien n'est blanc ou noir, mais défendre des idées ne doit pas, pour moi, vouloir dire porter des oeillères. Si cela veut dire que je suis naïf, tant pis. De toutes manières, si on ne peut pas être naïf en politique, je n'ai rien à y faire... Ce qui est pour l'instant le cas :-))))

Aucun commentaire: