05 juillet 2009

Il y a cumul et cumul…

D’après les journaux, l’Olivier discuterait à propos d’une éventuelle interdiction du cumul entre une fonction de parlementaire et celle de bourgmestre d’une grande ville pour 50 élus sur 75. Ce serait déjà une avancée….
Si c’était pour en arriver là, on pouvait aussi bien tenter une association sans le PS qui n’aurait eu aucun pouvoir de changement de règlement, non ?

Pourquoi ?
Simplement parce que l’Olivier ne parle que de faire quelque chose qui aura un impact minime sur le comportement des élus.
En effet, croyez-vous réellement qu’il y ait 25 parlementaires wallons qui soient bourgmestres d’une grande ville ? C’est quoi une grande ville ? Y a-t-il déjà 25 grandes villes wallonnes ?

Le problème du cumul semble pourtant évident :

- Ne faudrait-il pas interdire tout cumul qui entraîne le dépassement de plus d’un horaire de 10h par jour ? Les élus ne sont pas des surhommes et même si l’on peut comprendre qu’ils travaillent pendant leurs heures de loisirs pour garder un contact « de terrain », ils n’ont pas, pour pouvoir traiter un travail à temps plein correctement et donc réduire l’absentéisme, à dépasser cette charge horaire. A l’administration de sortir des statistiques pour savoir le nombre d’heures réelles que demanderait tel ou tel mandat pour être réalisé effectivement avec présence obligatoire à chaque tâche de l’élu (commission, parlement, etc.)
- Ne faudrait-il pas interdire tout cumul qui entraîne une confusion des pouvoirs ? Souvent, l’élu est aussi administrateur d’une foultitude d’institutions. Il touche ainsi un large public et se fait passer pour « indispensable » auprès des gens qui bénéficient des services de ces institutions. Il profite aussi de son statut pour asseoir un certain « pouvoir » et l’utiliser ensuite lors de campagnes électorales au détriment de ceux qui n’ont pas accès à ces « leviers » du pouvoir. Un mandataire ne devrait-il pas être mandataire avant tout et les conseil d’administration ne devraient-il pas être composés de manière indépendante par des personnes qui ont certes des couleurs politiques, mais qui n’exercent aucun pouvoir qui peut mener à des conflits d’intérêts ? Ceci ne devrait-il pas être étendu aussi bien dans le public que dans le privé ?
- Ne faudrait-il pas barémiser les salaires (et cumuls) par rapport à un type de formation ou à une certaine expérience de terrain, comme c’est le cas dans le service public? En effet, si un fonctionnaire lambda qui n’a pas fait d’études supérieures et qui commence sa carrière ne gagne pas beaucoup d’argent, est-ce normal qu’un élu avec le même parcours scolaire, parce qu’il a accédé à un poste d’administrateur grâce à la particratie puisse le faire ? En effet, cette particratie permet à un parti de « caser » un membre de la famille d’un illustre élu à un poste rémunérateur sur seule base de son nom, nom qui lui permet au préalable d’obtenir une place bien en vue lors d’élections locales et donc de s’appuyer sur ce « potentiel électoral » pour tirer le jackpot en jetons de présences….
- Etc, etc…

Mon bon sens voudrait que les élus ne cumulent tout simplement pas plus qu’un citoyen moyen car il me dit que s’il y a 100 ans, les élus étaient plus spécialement compétents que la moyenne des citoyens et devaient donc, par manque de concurrence, s’occuper de plusieurs tâches à la fois, ce n’est plus le cas. Il est tout à fait possible de trouver des citoyens capables de faire aussi bien, voire mieux, que certains élus et tout cumul devrait être interdit pour laisser la place à d’autres.

Je peux comprendre que ce ne soit pas aussi facile que cela et qu’il est plus facile de l’écrire que de le faire dans notre société bien complexe, mais je pense malgré tout que ce dont l’Olivier parle est à des années lumières d’une véritable avancée vers une plus grande transparence de la fonction de mandataire.
Puisqu’on vous avait dit qu’un Ecolo non numériquement nécessaire n’aurait plus la main…. Par contre, Ecolo est plus démocratique que PS ou CdH et on peut donc toujours espérer que si le bulletin des négociateurs est trop faible, que l’assemblée des membres d’Ecolo pourra leur permettre d’empêcher de vendre leur âme à « particratie-land »…

Aucun commentaire: