10 juin 2009

On fait dire ce que l’on veut aux chiffres

Le PS est un parti dont les valeurs sont bonnes et dont certains des élus sont des personnes de valeur, qui ont des idéaux remarquables et des principes de fonctionnement excellent.

Malheureusement, le PS est avant tout une amalgame de baronnies où le pouvoir importe plus que les valeurs et où "l'appareil" est la valeur la plus importante.
Depuis quelques jours, le PS essaye de montrer que par le fait de rester le premier parti en Wallonie, il était un gagnant de l’élection.

Regardons les résultats wallons simplifiés :
PS : 26%
MR : 22%
ECOLO : 18%
CDH : 17%
Autres ou abstentions ou pas venu voter: 17%

Se voir gagnant, c’est donc faire peu de choses d’un point important :

Le PS a fait sa campagne – et considère s’être sauvé par cette méthode - sur une bipolarisation en signalant à tout va que la seule vraie gauche utile, c’était le PS. Si on suit cette logique, les gens qui ne veulent pas de la gauche PS au pouvoir sont 74% ! Une grosse majorité plus qu’absolue.

En clair, le PS n’a recueilli qu’une petite partie du total des voix qui pouvaient s’exprimer en Wallonie. Il est donc intellectuellement malhonnête, dans une élection à la majorité proportionnelle, de dire que l’on a gagné avec 26%...

Si le PS avait laissé les gens de gauche ex-PS voter Ecolo, je ne parlerais sans doute pas ainsi car le score d’Ecolo serait un score sur des valeurs de gauche, mais en battant le rappel des « PS-Boys » envers le PS, celui-ci n’a-t-il pas justement démontré que la grande majorité ne veut plus du PS au pouvoir…

Je n’en sais rien, mais c’est néanmoins à réfléchir quand certains rouges font une fête particulièrement déplacée depuis dimanche…. Les seuls rouges qui peuvent faire la fête cette année, ce sont les supporters du Standard.

6 commentaires:

Benoit a dit…

Bonjour,

Je ne suis pas d'accord avec vous, en voici quelques raisons:

1. Vous commencez par dire que le PS a de bonnes valeurs, des personnes de qualité, etc. Bien. Puis vous dites que le PS est, je cite "avant tout une amalgame de baronnies". Excusez-moi mais le seul amalgame que je vois, vous en êtes l'auteur. Je suis électeur socialiste mais garde un regard très critique sur le parti et sur certains éléments. Je ne souhaite pas que José Happart soit ministre de l'agriculture (ni de rien d'autre), je n'accepte pas les rémunérations de Donfut, je n'aime pas papa... mais de là à dire "avant tout", c'est faire bien peu de cas de Rudy Demotte, Paul Magnette, Jean-Claude Marcourt, Paul Furlan et des centaines d'autres élus qui gèrent honnêtement le mandat qu'ils ont.

2. Le PS n'a jamais dit être la seule gauche: il (son président) a dit que si on voulait la gauche au pouvoir, il fallait voter PS. Excusez-moi mais ce n'est pas du tout la même chose. En votant PS, l'électeur avait la certitude que son vote servirait à construire un Olivier. En votant Ecolo, l'électeur ne savait pas (car Ecolo l'a laissé volontairement dans le doute) si son vote aiderait à construire une majorité avec le PS ou avec le MR.

3. Dire qu'il est malhonnête de se prétendre gagnant avec 26% revient à dire qu'il n'y aura jamais de gagnant en Belgique où le vote en un tour fait qu'il y a rarement un parti au-delà de 30%.

Je suis cependant d'accord sur un point: il est indécent de faire une grande fête au vu des chiffres. Comme je l'ai lu ailleurs, un "ouf de soulagement" serait plus adéquat qu'un cri de victoire. Il n'empêche que le PS reste le premier en Wallonie et en Cté française, que le MR (et de manière plus large le libéralisme) a échoué à changer le centre de gravité. Et que oui, on peut dire que le PS a gagné en partie les élections. A nouveau, comme je l'ai lu ailleurs, le gagnant est celui qui passe le premier la ligne d'arrivée, même s'il ne bat pas son précédent chrono. Même si le 4ème a réussi à remonter en 2ème place.

Le PS doit apprendre l'humilité, c'est vrai. Il doit faire une réelle réforme en interne, c'est vrai. Mais la mauvaise foi ne doit pas empêcher de reconnaître que le PS reste le premier parti de Wallonie.

Benoît

P.S.: Je pense également que le nombre important de votes nuls témoigne d'un rejet de la majorité PS/CDH sans vouloir pour autant soutenir les autres partis qui prétendaient être une alternative sérieuse. Ces votes auraient été reportés sur le MR par exemple que tout serait bien différent aujourd'hui. Il faut aussi accepter de comprendre le (relatif) succès des uns par (relatif) un échec des autres.

Régis a dit…

Bonjour,

Pour clarifier ma vision:
1. Je veux dire que le socialisme est une idéologie nécessaire et que je pense en effet comme vous que plusieurs individualités comme celles que vous citez gèrent honnêtement le mandat qu'ils ont.
Je pense par contre qu'il n'y en a pas des centaines, car pour arriver à être élu au PS, il faut faire des compromissions particratiques qui souvent menent à la marge. En tout cas pour les régions de Liège et du hainaut oriental, voire le namurois.
2. La différence que vous signalez est pour moi plus subliminale que réelle... A partir du moment où ses éventuels partenaires ne se positionnent pas, dire que voter PS, c'est voter l'Olivier, c'est laisser bien peu de place au libre arbitre du Cdh et d'Ecolo.
3. Il y a 20 ans, dans ma région d'origine, le PS faisait la fête parce qu'il avait des majorités absolues partout... Vous avez raison, mais c'est uniquement parce que la société évolue et que les temps changent.

Comme je le disais, si vous faites une course par équipe, arriver premier ne vous fera jamais gagner la course, si vos coéquipiers arrivent après toute une autre équipe complète. Il n'y a de victoire que quand une équipe est mise en place.

Je reconnais qu'il est le premier parti de Wallonie. Néanmoins, quand on voit son passé et le fait qu'il n'est absolument plus incontournable, je ne pense pas qu'il puisse parler de victoire...

Benoit a dit…

Je réponds à votre réponse :-)

1."il faut faire des compromissions particratiques qui souvent menent à la marge". Croyez-vous qu'il va nécessairement autrement dans les autres familles politiques? Prenons le MR? Bon, vous me direz que ce n'est pas votre famille. Prenons Lidé? Certes, Ecolo ambitionne de ne pas devenir un "parti comme les autres" mais de là à dire que le PS est le seul à ne pas permettre à chacun d'arriver en haut de l'affiche :-))

2. Je laisse bien sûr au cdH et à Ecolo leur libre arbitre. Mais on ne peut empêcher le PS de dire "moi, ce sera avec eux ou sans moi". On a tant vu des citoyens reprocher aux partis de se disputer en campagne pour quand même finir par gouverner ensemble après. Ici, le PS a clarifié sa position, rien de plus. Libre à Ecolo d'aller avec le MR (il ne renierait pas sa parole puisqu'il n'a rien dit)...
3. Donc, à vous écouter, le PS ne pourra plus se déclarer vainqueur que lorsqu'il fera 50%? A nouveau, appliquons ce principe à tous les partis. Au MR à Bruxelles par exemple.

L'image de la course par équipe ne me convainc pas plus. Une élection n'est pas une course-relais: les partis sont concurrents, sauf cas de cartel (PRF-FDF-MCC par exemple). Dès lors, le PS est seul, fait campagne seul et se retrouve seul au moment de passer la ligne d'arrivée.

Ok cependant qu'être le premier si on est seul après cette ligne ne sert à rien. Voir l'expérience du PS namurois, premier parti au conseil communal mais avec qui aucun autre parti ne voulait gérer la ville.

Enfin, je reste perplexe quand vous dites que le PS ne peut parler de victoire quand on n'est pas incontournable: une nouvelle fois, pourquoi s'en prendre au PS alors que tous les partis ont crié victoire dimanche... et qu'aucun n'est indispensable pour une majorité?

Je crains que votre rejet de certains comportements dus à des mandataires socialistes vous aveugle un peu :-)

Benoît

Régis a dit…

Pour clarification, je mets le MR et le PS au même niveau en ce qui concerne fonctionnement interne et particratie. LiDé sera considéré par moi comme une erreur de parcours personnelle vu que le "Bon Sens" que je croyais y retrouver a été battu en brêche de bien nombreuses fois avant mon départ mais aussi après.

Le cdh et Ecolo sont un peu différents, le premier suite à une claque du PSC qui lui a fait perdre ses "parvenus" (exemple que l'opposition peut faire du bien). Ecolo, parce qu'ils sont encore trop jeunes pour cela.

Je confirme également que pour moi, le PS et le MR n'ont pas à crier victoire. Le cdh et Ecolo, bien.

Je rejette les comportements de tous les mandataires que le pouvoir a éloigné de leurs valeurs. Il se fait que de par son passé, le PS est en cause en Wallonie. Ce serait sans doute le même envers le MR si le MR était au pouvoir continu depuis 20 ans.

Benoit a dit…

cdH peut se déclarer gagnant?

A quel titre?

Ne pas avoir été dépassé par le RWF et le PTB?
Rester le dernier parti des 4? Rester à un score plus moyen MAIS stable?

Je suis impatient de vous lire :-)

Régis a dit…

Simplement parce qu'ils sont quasi incontournables dans une majorité, ce qui n'est pas mal pour un parti que l'on annonçait moribond...