17 juin 2009

Ce sera l'Olivier

Après une courte période de rage envers ceux vers qui j'avais porté mon vote, dans l'espoir de voir l'appareil PS aller dans l'opposition afin de se refaire une virginité, j'ai entendu un argument dans la bouche de Jean-Michel Javaux qui m'a convaincu que c'était le seul choix possible pour des réformes. L'électeur qui vote socialiste quoi qu'il arrive est le seul vrai fautif dans le choix de coalition.

En effet, il faut 2/3 des sièges pour faire passer des changements de réglement au parlement wallon. Avec le PS dans l'opposition, rien ne serait passé car l'autre majorité n'avait pas assez de sièges.
Maintenant, il va falloir concrétiser dans les actes. Ce qui veut dire, même si les dirigeants Ecolo s'en défendent, faire des exclusives sur certaines personnes au PS.
Si Daerden ou Happart reviennent au pouvoir, la "nouvelle politique" prônée par Ecolo n'aura aucune crédibilité. Si "Papa" parle de nouvelle gouvernance, on rit tout de suite...

Pour le reste, j'attends de voir avant de prendre une position sur l'impact de l'Olivier sur l'avenir de la Wallonie.
En effet, si au sortir de leurs négociations, il y a des dates fixées pour les changements prévus, on peut supposer que cela changera ou au moins qu'aux dates en question, on pourra exiger du changement.
Sinon, on risque d'avoir des promesses jamais concrétisées ou alors à l'arrache une semaine avant les élections mais là, ce sera trop tard...

Aucun commentaire: