02 mai 2009

Décidément, ils n’ont rien compris... ou alors, ils ont tout compris !?

Les deux plus grands partis francophones sont des machines de guerre politiques. Le nombre de leurs membres, le nombre de leurs sympathisants et de leurs obligés impose le respect. Ce n’est pas demain que le MR ou le PS ne compteront plus en Wallonie.

Néanmoins, quand on entend les discours du 1er mai et les invectives qui vont avec, j’ai l’impression qu’ils n’ont rien compris à la crise de confiance du citoyen lambda envers la politique.

Bien sûr, ces discours sont faits avant tout pour haranguer les militants avant le gros de la campagne et les booster.
Il en faut en effet du courage pour distribuer des tracts dont le citoyen n’a souvent que faire.
Il en faut de l'énergie pour se battre afin de mettre ses affiches au premier plan lors d’affichages et surcollages répétitifs, affiches que la majorité des citoyens ne regardent même pas.
Il en faut du don de soi pour se passer de temps libre et participer à toutes les activités permettant de serrer des mains dont les propriétaires savent déjà pour qui ils voteront (souvent sans même savoir pourquoi ils feront ainsi) ou ne le sauront que devant le bulletin de vote et le feront alors sans conviction...

Le citoyen lambda demande avant tout de la bonne gouvernance, un espoir pour l'avenir, des responsables politiques qui travaillent ensemble, qui débattent pour le bien commun et qui trouvent des solutions factuelles positives. Il se moque des attaques gratuites, des petites phrases assassines.
Les débats stériles afin de savoir si le PS, c'est l'antichambre du communisme ou le MR celui du capitalisme débridé, le citoyen lambda s'en moque.

Le citoyen pigeon?

Maintenant, on peut aussi avoir une autre lecture des combats de coqs de nos candidats à l'élection, plus grave: ils seraient au contraire bien conscients que leurs efforts sont d'autant plus beaux qu'inutiles pour une majorité des citoyens mais ils savent très bien que le vote est obligatoire et que l'ignorance est la première des armes pour contourner la démocratie. Un citoyen que l'on oblige à voter et qui ne se pose pas de questions ne cherche pas le changement.

En se battant sur des idées caricaturales, ils évitent d'entrer dans les détails de leur programme où l'on pourrait trouver des points qui ne plairaient pas aux sympathisants. Par exemple, les socialistes qui défendent les plus pauvres savent-ils ce que gagnent leurs représentants (souvent sans rétrocession) et les réformateurs savent-ils que leur plus grand ennemi est celui avec qui historiquement ils furent le plus au pouvoir au lendemain de violentes campagnes?

De plus, la tactique des chiens de combats permet d'être médiatisé à l'extrême car les médias raffolent des petits mots et des petites phrases...

Le monde est en train de changer. Il n'est pas impossible que le citoyen soit en train de se rendre compte que souvent, on se moque de lui. Si c'est le cas, ces deux grands partis doivent s'attendre à une surprise de taille...
On prend les paris? ;-)

Aucun commentaire: