21 avril 2009

Un vote utile et non particratique dans un parti traditionnel?

Je pense que le problème principal du système politique en Belgique est la particratie. Elle coupe les ailes aux élus car s'ils ne suivent pas la politique imposée par la direction du parti ou s'opposent publiquement à des décisions de celui-ci, ces élus - qui vivent souvent de leurs mandats - risquent de ne plus être en place utile aux élections suivantes.

Le débat sur l'utilité des votes blancs est toujours en cours. Certains pensent qu'ils vont à la majorité, d'autres pas. De mon côté, je n'ai jamais entendu lors des soirées électorales que l'on annoncait le pourcentage de votes blancs ou nuls. Je pense donc qu'ils sont inutiles.

Il me semble qu'il reste une solution, si l'on veut voter pour un parti qui aura un impact direct sur la politique francophone (et donc malheureusement pour l'instant un des quatres grands) tout en signalant un certain désaccord:
- voter panaché en choisissant des partis différents à la région et à l'Europe;
- NE PAS VOTER EN TÊTE DE LISTE (pour le parti).
En effet, un vote en tête de liste équivaut à valider les choix particratiques des directions.
Choisissez plutôt des votes nominatifs et particulièrement pour des gens en milieu de liste à des places non éligibles. C'est la meilleure manière de montrer aux partis classiques (particulièrement les 3 issus des 3 piliers libéral, socialiste et chrétien) que le citoyen n'accepte pas le prémaché et qu'il veut avoir son mot à dire...

Mais comme d'habitude, ce n'est qu'un avis personnel ;-)

1 commentaire:

jo moreau a dit…

Bonjour Régis,

Il est clair que les votes blancs ne peuvent être attribués à la majorité.

Ils ne sont pas comptabilisés , comme les votes nuls.

Toutefois, "on m'a dit que" au moins un président de bureau de vote dans le borinage les faisait décompter comme votes pour la majorité (devinez laquelle...)