11 mars 2009

Mon lien principal avec l’extrême droite? les médias…

J’écoute matin première « depuis des lustres ». Ce matin, je m’attendais à entendre parler des excuses présentées hier par LiDé aux gens qui avaient été agressés alors que notre but était justement d’être « au dessus de la melée » et aussi – et surtout – les arguments avancés pour démontrer que les accusations de Rudy Aernoudt quant aux liens de LiDé avec l’extrême droite étaient fausses.
Rien, le blanc… Ha si, la chronique de Paul Hermant qui revenait encore une fois taper sur le clou de la vision caricaturale d’un projet qui n’était pas que ce que son ancien président en avait fait par omnipotence médiatique.
Ensuite, je cherche un peu : « Belga » a fait une dépêche reprise par le Soir et RTBFInfos. Actu24, RTLInfo, Lalibre? Nada, rien, schnoll...
Notre mouvement était une PME, nous avons accumulé les erreurs mais je trouve que les médias ont tout fait pour démolir un projet qui proposait une alternative.

En effet, l'idée de départ de LiDé (je ne parle pas de Rudy Aernoudt dont les motivations m’apparaissent a posteriori plus floues) était de faire un projet positif, au dessus de la mêlée, sans particratie, une sorte d'Ecolo pour la démocratie interne et le développement durable avec des idées plus à droite sur certains sujets (puisqu'il faut visiblement absolument une étiquette dans ce monde politique...).

Les médias n'ont jamais parlé du projet dans son ensemble, n'ont jamais mis le focus sur les autres hommes qui défendaient ce projet. J’ai été contacté par "les médias" lorsque j'ai démissionné de ma coordination - suite à l'accord avec le MR que je dénonçais depuis le début car allant à l’encontre de la logique du mouvement - et sans doute parce que c'était "polémique" et pas sur le fond de mon action...
Depuis, le fait que je sois inscrit à RésistanceS, que je lutte contre tous les extrémismes depuis 20 ans, que j'ai fait tout ce qui était en mon pouvoir pour éliminer les extrêmes chez LiDé tout en conservant malgré tout le droit démocratique à la défense pour ceux qui sont mis en cause (sans preuves directes et accablantes), tous les médias s'en moquent.
Je me fous qu'on ne m'ait pas demandé mon avis (malgré que mon nom ait été associé dans les médias à LiDé), je veux faire de la politique pour l'avenir de nos enfants, pas pour ma petite personne.
Par contre, je refuse qu'on me laisse passer pour membre d'un parti qui frôle l'extrême droite.

Le pire, c’est que si on se pose la question « pourquoi s'est-on peut-être trouvé pollué par quelques extrêmes et extrémistes? », la réponse n'est pas celle que l'on croit...
- La réponse n’est pas parce que le projet est de "droite radicale"
Je vous conseille d'aller voir le projet de base sur le site www.lide-namur.be, vous verrez que ce n'est pas le cas. Bien sûr, le programme (www.liberaldemocrate.be) n’est pas aussi développé et détaillé qu’un parti subsidié pourrait le faire mais en interne, il y avait une base de travail que notre ex-président avait trouvé trop complexe pour parler « aux gens ».
- Par contre, la réponse est peut-être le fait que les massmédias aient focalisé sur les erreurs médiatiques de Rudy Aernoudt (la blague déplacée sur les chômeur, parler de « passer par la droite du MR », par exemple) a donné une image différente de ce que nous voulions faire comme projet.
Les « anti-social », les « droitiers de droite» se sont donc sentis intéressés alors que ce n’était pas le but originel.

Si les médias avaient donné la parole aux membres des débuts (d’avant la médiatisation), aux coordinateurs et pas uniquement à un "chef", sa vision ne se serait pas réduite à son nombril et notre projet aurait continué comme "Ecolo de droite".

Aujourd'hui, je suis triste, non pas par la mort possible du mouvement, car si tel est le cas, un autre prendra le relais avec des bases plus solides et un objectif clair, mais parce que j'ai découvert que ce sont les médias qui font et défont les projets et cela, ce n'est pas normal.

Je ne demande à personne d'être convaincu par le projet, je demande de reconnaître que:
- pour ceux qui ont des idées de développement durable et de fonctionnement de parti démocratique à l’interne sans décision « d’un chef » mais qui ne sont pas "de gauche", il est impossible de voter avec conviction.
- laisser les votes de ceux qui ne votent pas avec conviction à la majorité (vote blanc) est une erreur car alors, les partis classiques font "comme si de rien n'était" vu que le vote est obligatoire. J’aimerais voir un sondage sur le nombre d’électeurs qui iraient encore aux urnes si c’était un devoir et plus une obligation… Sans doute plus que les 0,4 % dont on affublait LiDé au départ…
- laisser ces votes aller aux vrais partis extrémistes pour obtenir un jour un vrai parti d'extrême droite lorsqu'un vrai leader charismatique se lèvera en wallonie? Je pense que c'est une erreur car la crise étant là et les mécontents étant là, il y a le terreau pour quelque chose de plus grâve que ce que LiDé représentait.
Rudy roulait sans doute "pour sa personne" et utilisait trop de caricatures, mais il était loin d'être extrémiste.

Je ne veux pas laisser l'extémisme, le vrai, prendre possession des voix des déçus de la particratie. Je veux leur offir une alternative démocratique, ici ou ailleurs...

Si nous n'y arrivons pas ou que c'est trop tard, j'espère que les bienpensants d'aujourd'hui n'auront pas cela sur la conscience...

Aucun commentaire: