15 février 2009

LiDé : la PME de la politique...

Au début, les médias trouvaient que LiDé, c’était un vent frais sur la politique… Depuis peu, pour certains, cet avis semble avoir changé… mais ils oublient l’essentiel !

LiDé est un parti basé sur une asbl de 3 personnes qui existe depuis moins de trois mois! De nombreux sympathisants aident le parti bénévolement car ils y croient et se retrouvent dans le projet qui défend un certain bon sens, veut dynamiser l’enseignement, redonner le goût d’entreprendre et s’oppose à la particratie.

Les partis traditionnels ont décidé d’essayer d’écraser l’opposition « LiDéaliste » avec toute la force de leurs subsides, de leurs nombreux membres qui "avalent" les informations venant "d'en haut", leurs nombreux élus menottés par le pouvoir que le parti leur donne, nombreuses asbl’s, intercommunales et autres syndicats associés. Ecolo se contente juste poliment de refuser tout dialogue, ce qui démontre que ses dirigeants restent intellectuellement plus honnêtes que les autres.

Une partie de la presse semble également avoir pris fait et cause pour les partis traditionnels et organise un véritable tir de barrage anti-LiDé. On reproche «pêle-même » au parti :
- de ne pas filtrer ses militants,
- de ne pas faire une enquête approfondie sur chaque bénévole qui apporte son aide et s’implique dans l’organisation,
- d’avoir un président qui a dans le passé utilisé le système qu’il dénonce maintenant,
- de ne pas clarifier ses positions vis-à-vis de la multinationale MR alors que c’est la seule qui accepte le débat (en le torpillant via son aile FDF),
- de ne pas fournir des documents de 500 pages pour chaque affirmation du programme, malgré que tout existe dans des livres et études (et que si on les fournissait, ils ne les liraient sans doute pas),
- d’être simpliste quand pour certains, c’est juste de la clarté envers le citoyen lambda et de l’honnêteté de ne pas noyer le citoyen dans un fatras de propositions dont les autres les abreuvent, mais ne peuvent en appliquer une ligne par la faute du « compromis à la belge » …
- de ne pas changer son discours malgré la crise alors que justement, c’est de la crise que naîtra le changement et que c’est en gardant la même ligne que l’on se crédibilise…
- etc.

Ce que cette presse oublie, c’est que LiDé, c’est une PME :
- peu de moyens, peu de personnel, peu de temps à consacrer pour les « responsables » car souvent pris par un autre travail comme activité principale, etc.
- mais par contre, un cœur « gros comme cela » et aussi, que plus on attaque des personnes qui n’ont rien à gagner en politique si ce n’est laver leur honneur, plus ils seront vaillants et forts… Ce qui ne nous tue pas (politiquement) nous rend plus forts !

Il faudrait que les journalistes qui se plaignent de la politique « classique » depuis des années se souviennent que dans la lutte entre le pot de paille et le pot en alliage de titane, le pot de paille ne gagnera pas seul… et que pour espérer un changement, il ne faut pas garder le pot en titane…

Et pour conclure, comme on le dit dans le plan Marshall, « l’avenir de la Wallonie, ce sont les PME... »

Aucun commentaire: