07 juin 2005

L'adoption pour les homosexuels: sur la forme un dénis de démocratie?

Que l’on soit pour ou contre l’adoption permise aux homosexuels, là n’est pas la question. Ce qui pose problème, c’est la méthode. Une fois de plus, sur un sujet sensible où le citoyen aurait besoin d’informations sur les impacts pour l’enfant ou la solidité de tels couples pour pouvoir prendre une position ; où il aurait besoin de réfléchir avant de soutenir le « oui » ou le « non » ; où surtout, sur des positions éthiques telles que celles-ci, il y a de fortes chances qu’une majorité dans notre société judéo-chrétienne s’y oppose, les politiciens veulent faire passer leur avis sans rien demander à personne.

Principe typiquement socialiste wallon qui semble se répercuter dans d'autres partis "progressistes": s’installer au pouvoir grâce à la peur de la mondialisation, du chômage ou de l’extrême droite et une fois en place, prendre des décisions dans des domaines n’ayant rien à voir avec les raisons de cette élection sans rien demander à personne tout en imposant ses vues…
La démocratie est vraiment bien malade. Et après, nos responsables s’étonneront encore que les rares fois où on leur demande quelque chose avec un véritable enjeu, les citoyens votent « non », quelle que soit la question posée.

Personnellement, je pense qu’il n’y a pas assez d’information pour pouvoir se faire une idée sur l’impact de couples homosexuels sur les enfants. Je pense que 2 femmes pourraient faire un couple acceptable car le lien mère-enfant est très important. Je pense par contre que 2 hommes ne pourront jamais faire de bons parents pour la raison ci-dessus. Donc, dans un but de non discrimination hommes-femmes, je serais contre pour l’instant…

Aucun commentaire: