03 août 2004

Ghislenghien: un drame national

Peu de mots à dire sur ce sujet.
D'une part car c'est ici la fatalité qui est en cause: on peut en effet sans doute trouver l'une ou l'autre responsabilité parce que tel ou tel corps de métier n'a pas fait totalement bien son job... Maintenant, ces évènements sont tellement rares que tout le blabla du monde ne changera jamais le fait qu'il est impossible de réagir correctement à ces exceptions!
D'autre part, que peut-on vraiment ajouter aux images des télévisions? Je crois que tout a été montré: le silence s'impose.

Une petite valeur complémentaire: la solidarité dans la région au niveau des dons de sang démontre une chose: l'être humain est peut-être parfois pourri à la base quand on voit les agissements de certains d'entre eux mais la majorité silencieuse reste malgré tout très positive, dommage qu'il faille toujours des drames pour le démontrer...

Aucun commentaire: