12 janvier 2004

Subsides supérieurs pour les écoles plus défavorisées

Le ministre de l'enseignement fondamental, Jean-Marc Nollet, a annoncé aujourd'hui sa proposition de subsidier différemment les écoles: selon que le profil socio-économique est plus faible, les subsides seront plus grands. Ce serait donc de la justice redistributive qui rompt avec le principe un enfant = un enfant...

L'idée est de pousser les écoles à faire un maximum de mélange entre les différentes classes sociales pour avoir plus de subsides.

Ce type d'idée est l'exemple type du projet qui devrait être superbe sur papier mais qui serait à mon avis catastrophique dans la réalité. En effet, on ne peut que s'associer à cette idée de pousser financièrement les écoles à accepter les petits étudiants courageux dont les parents n'ont pas les moyens de leur payer des études et à les subsidier plus afin qu'ils aient moins de frais personnels... De là naîtrait une émulation positive qui serait un bien pour tous.

Mais dans la réalité, on risque de voir des directeurs, pour des raisons financières, faire la chasse aux élèves défavorisés en décrochage afin de les avoir sur les listes pour les subsides. Malheureusement, il y a de fortes chances que ces enfants, repris pour raisons financières ne soient pas vraiment motivés à suivre les cours et soit qu'ils seront mis de côté, soit qu'ils seront un facteur de déstabilisation pour les autres élèves.

Pour moi, ce principe est une "fausse bonne idée". A partir du moment où on touche au financement, on sait que l'on s'engage à des dérives.

Il me semble qu'une autre idée serait d'utiliser ces moyens pour que chaque élève issu d'un milieu socio-économique défavorisé bénéficie directement des même moyens de départ que les autres sous forme de bourse. Ces bourses seraient assorties de conditions de présence à l'école et de résultats scolaires, ce qui pousserait les parents à les aider, puisque cela représenterait pour eux des économies ! Les enfants de milieu plus favorisés n'auraient bien évidemment pas accès à ces bourses.

Ce projet serait basé sur le principe égalité de traitement si et seulement si égalité de comportement, c'est-à-dire droits donnés si et seulement si devoirs respectés... C'est mon credo classique...

Aucun commentaire: