10 décembre 2003

La sncb fait sa (contre) publicité

Pour les navetteurs namurois, l'accident du viaduc Debroux à l'entrée de Bruxelles entrainait une quasi obligation de fait de devoir au moins essayer une fois les transports en commun...

Dans cette situation, la sncb avait une occasion unique d'essayer d'attirer une nouvelle clientèle...

Résultat ? Ce matin, le train Namur-Bruxelles de 6h30 était le dernier avant 30 minutes (le train suivant de 6h36 annoncé avec un retard de 25 minutes) et il était tellement bondé qu'il a fallu faire le trajet debout dans le froid entre 2 wagons, serrés comme au bon vieux temps des retours de guindailles étudiantes...

En clair, pour les habitués, rien de nouveau mais pour les "nouveaux candidats potentiels", une envie certainement importante de retourner écouter la radio bien au chaud dans sa voiture dans les bouchons... Bref, voici comment la sncb est en train de rater une occasion unique !

Aucun commentaire: