19 novembre 2003

Droit de vote aux non-européens: la meilleure solution

Au risque de me répéter, la décision qui devrait être prise par les parlementaires belges est la meilleure proposition qui soit, n'en déplaise à nos amis flamands qui préfèrent le symbole au pragmatisme.

En effet, sur le principe, un être humain (dans notre cas, précisément un étranger non européen) qui vit de manière déclarée dans la même commune depuis 5 ans, qui signe un engagement à respecter la constitution et les valeurs belges (a-t-on pensé à ce qui se passe s'il signait mais ne respectait pas ?) a le droit d'émettre un choix sur les élus qui vont le défendre au niveau de la commune, le plus proche du citoyen.
Par contre, il ne pourra pas être éligible, ce qui est bien: il est sain que les représentants des citoyens soient tous obligés d'avoir les mêmes obligations. Il serait en effet difficilement acceptable qu'un élu n'ait - par exemple - pas été obligé d'aller voter !

De plus, quand on connaît le nombre de personnes qui vont être concernées, l'influence ne se verra éventuellement que sur quelques communes en nombre réduit... Le débat doit avoir lieu, mais il ne faut pas lui donner une importance que son impact n'aura pas !

Pour terminer, il est par contre inacceptable de voir des représentants élus gagner du temps pour faire traîner les votes - qu'ils savent de toute manière ne pouvoir empêcher car c'est cela la démocratie - et raconter tout et n'importe quoi juste pour emmerder son monde. Pour moi, c'est à la limite du détournement de fonds publics, car c'est avec l'argent de nos impôts qu'ils font ce blocage totalement improductif au lieu de passer ces heures à travailler à de véritables avancées pour les citoyens !

Aucun commentaire: